HRW dénonce des « attaques massives » contre les églises en Egypte

0
10

RAPPORT L’ONG critique l’absence d’intervention des services de sécurité lors des attaques.Les autorités égyptiennes devraient prendre les mesures nécessaires pour renforcer la protection des églises et des lieux de culte contre les attaques d’extrémistes, a affirmé l’organisation Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié mercredi.

Depuis le 14 août 2013, date de la dispersion sanglante par les forces de l’ordre de sit-in de partisans du président déchu Mohamed Morsi, plusieurs attaques ont été perpétrées contre des églises et propriétés chrétiennes, faisant au moins quatre morts. HRW appelle les autorités à enquêter sur l’absence d’intervention des services de sécurité lors de ces attaques.

Après l’assaut meurtrier contre les partisans des Frères musulmans au Caire le 14 août, des groupes d’hommes ont attaqué au moins 42 églises, incendiant et détruisant 37 d’entre elles, de même que des dizaines d’institutions chrétiennes dans plusieurs gouvernorats notamment Minya, Assiout, Fayoum, Gizeh et Suez, relève HRW dans son rapport intitulé « Attaques massives contre des églises ».

Au moins trois coptes et un musulman ont aussi été tués dans ces violences sectaires.

« Tout le monde pouvait prédire ces attaques alors que les Frères musulmans accusaient les coptes d’avoir joué un rôle dans le renversement du président Mohamed Morsi, mais les autorités ont fait peu ou n’ont rien fait pour empêcher de telles attaques », accuse Joe Stork directeur de HRW pour le Moyen-Orient. « A présent, des dizaines d’églises sont en ruine et les chrétiens à travers le pays se cachent dans leurs maisons », ajoute-t-il.

HRW a recueilli les témoignages de 43 personnes, dont des prêtres et des activistes, qui ont confirmé les attaques contre les églises, institutions et écoles chrétiennes, commerces dirigés par des coptes ou encore habitations. Trop souvent, la police et l’armée ne sont intervenues ni au début ni durant les attaques.

« Nous avons parlé au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur et à des responsables militaires pour leur demander d’intervenir », a déclaré à HRW l’évêque de Minya, Anba Makarios, selon qui les autorités ont promis d’envoyer des hommes qui ne sont jamais arrivés.

Des habitants de Minyeh ont indiqué à HRW que durant la semaine ayant suivi le renversement du président Morsi, des inconnus avaient marqué les propriétés chrétiennes d’un « X » noir pour les distinguer de celles des musulmans. Ces propriétés ont été la cible d’attaques.

Des dirigeants des Frères musulmans ont condamné les récentes attaques. « Conformément aux principes de notre parti, nous condamnons fermement toute attaque, même verbale, contre les coptes, leurs églises et leurs propriétés », a souligné un porte-parole de la confrérie Mourad Ali dans un communiqué. Mais d’autres responsables ont accusé les coptes d’avoir œuvré à la chute de Mohamed Morsi.

Slogans anti-chrétiens

La plupart des attaques ont eu lieu en Haute-Egypte. John Samir, 21 ans, résidant de la ville de Minya, à 250 km au sud du Caire, a affirmé à HRW que le 14 août des dizaines d’hommes venus en camion et à pied ont déferlé sur la ville en scandant des slogans anti-chrétiens.
Selon lui, ces hommes ont attaqué l’église copte Tadros, pillant l’édifice avant de l’incendier. « Ce groupe a ensuite attaqué près de 20 commerces, trois autres églises, une école et des centres ».

Philimon Samir, 24 ans, le frère de John, a rapporté à l’ONG avoir essuyé des jets de pierres alors qu’il tentait de protéger l’église.
Le père Bernaba a indiqué que son église Mar Mina avait été attaquée l’après-midi du 14 août.

A Dalga, un village du sud de Minya, trois témoins ont indiqué à HRW que des assaillants avaient attaqué des églises dès que les informations sur la dispersion des manifestations au Caire leur étaient parvenues.

Selon plusieurs témoins, des groupes locaux et des dignitaires religieux ont, en outre, incité aux attaques contre les chrétiens.

Dans ces témoignages, le clergé se plaint à plusieurs reprises de l’absence des services de sécurité.

Les attaques confessionnelles contre les chrétiens ont commencé à se multiplier avant même les incidents du 14 août. Ainsi, le 5 juillet, soit deux jours après la chute du président Morsi, quatre coptes ont été tués dans le gouvernorat de Louxor.

lorientlejour.com Article original

1 COMMENT

  1. Les musulmans sont des assassins et des meurtriers, il faut les éradiquer, car eux ils n’auront de cesse jusqu’à ce que le monde soit islamisé donc: ça promet beaucoup d’autres meurtres, et beaucoup d’autres assassinats.

  2. Les coptes peuvent compter sur le secours de leurs frères d’occident ! une vraie honte.

    plutôt que de paraitre critiquer l’Islam, et encore moins soutenir les juifs, ils préfèrent courber l’échine. On est en plein complexe de Stockholm.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here