Grippe A: la France dépasse le cap des 100 morts

    0
    12

    La France métropolitaine a dépassé le cap des 100 morts de la grippe H1N1 avec 111 décès (139 pour l’ensemble de la France) alors que la campagne de vaccination monte en puissance avec des centres ouverts le soir, voire le samedi et le dimanche toute la journée dans les grandes villes.

    Vendredi après-midi, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a annoncé 19 nouveaux décès en trois jours (entre mardi 11h et vendredi 10h), ce qui porte à 111 le nombre de décès en France métropolitaine depuis le début de l’épidémie. Si l’on ajoute les 28 décès relevés dans les territoires français d’Outremer, cela fait 139 décès pour toute la France.

    L’InVS a recensé par ailleurs 86 nouveaux cas graves de grippe H1N1 entre mardi et vendredi. Le ministère de l’Intérieur a précisé que tous les centres de vaccination des zones urbaines seraient ouverts samedi, voire ailleurs, en cas de nécessité. La plupart le seront de 8h à 22h.

    La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a salué le cap des deux millions de personnes vaccinées contre la grippe H1N1 en France, samedi en marge de la visite d’un centre de vaccination dans le Nord. « Nous sommes déjà largement au-dessus des deux millions de personnes vaccinées et nous avons obtenu ce score en quelques jours dans des conditions de sécurité et de traçabilité tout à fait considérables ».

    Ce chiffre obtenu « sur un rythme entre 150.000 et 200.000 personnes par jour » est la preuve, selon la ministre, que « cette organisation marche ». Si la ministre a noté un certain nombre de difficultés, elle les attribue à une « montée en puissance extrêmement rapide » et estime qu’on assiste à une « fluidification des chaînes de vaccination ». « L’important c’est de vacciner et de vacciner vite. Il y a des gens qui ne peuvent se déplacer que le dimanche, il était donc très important que nous ayons dans chaque département un centre ouvert le dimanche », a conclu Mme Bachelot.
    L’Agence européenne des médicaments, l’EMEA, a prévenu de son côté vendredi que la vaccination avec le Pandemrix, du laboratoire britannique GSK, pouvait entraîner de la fièvre chez les jeunes enfants après la seconde injection. Ces données sont issues d’un essai clinique mené auprès d’enfants âgés de 6 mois à 3 ans, qui confirme par ailleurs qu’une seconde dose accroît l’efficacité de la vaccination. (Source AFP)

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here