Gaza : pourquoi Israël aurait, cette fois, allumé la mèche

0
6

Le cessez-le-feu conclu entre Israël et le Jihad islamique, dans la nuit de lundi à mardi, met provisoirement fin au cycle des violences.

En lancant un raid, vendredi dernier, contre le chef des Comités de résistance populaire, Zouheir al-Qaïssi, à Gaza, l’Etat hébreu savait qu’il s’exposait à des représailles.

D’après de nombreux observateurs, c’est précisément ce qui était recherchéIsraël et le Jihad islamique se sont mis d’accord, dans la nuit de lundi à mardi, sur un cessez-le-feu.

L' »éliminitation ciblée » de Zouheir al-Qaïssi, le chef des Comités de résistance populaire (CRP), le 9 mars par l’armée israélienne à Gaza, avait déclenché la plus importante flambée de violence depuis l’Opération « Plomb durci » en 2008-2009.

Le bilan de ces quatre jours de violence est lourd.

Côté palestinien, 25 personnes, majoritairement des combattants du Jihad islamique, ont été tuées par l’armée israélienne.

Au moins trois civils, dont un garçon de douze ans, figurent parmi les victimes. Les tirs de roquettes ont blessé trois personnes, dont deux grièvement et causé d’importants dégâts matériels en Israël.

Les dirigeants israéliens étaient conscients des conséquences d’un assassinat ciblé

Pourquoi Israël a-t-il jeté la première pierre, entraînant Palestiniens et Israéliens dans l’habituelle spirale de représailles?

Le gouvernement israélien, invoquant le « précédent » d’Eilat, affirme que Zouheir al-Qaïssi préparait un attentat contre des militaires via le désert du Sinaï.

Le 18 août dernier, un triple attentat sur la route menant à la station balnéaire d’Eilat avait coûté la vie à huit Israéliens, dont six civils.

L’attaque avait été attribuée aux Comités de résistance populaire, qui démentaient toute implication.

Cité par l’AFP, Roni Shaked, spécialiste des questions de sécurité du quotidien israélien Yediot Aharonot, rappelle que les dirigeants israéliens étaient conscients des conséquences d’un assassinat ciblé.

« C’est la nature du cycle de terreur que suggèrent les éliminations ciblées: assassinat, tirs de roquettes en représailles, riposte israélienne, vengeance de la vengeance, etc. »

Iron dome

Cependant, pour de nombreux observateurs, un élément relativement nouveau a fait pencher la balance en faveur d’un raid « préventif » contre Zouheir al-Qaïssi: l’Iron Dome (Dome de fer).

Selon l’armée israélienne, plus de 50 projectiles ont été interceptés par le bouclier antimissile sur les quelque 200 tirés, avec une efficacité de 75 à 90 %.

Le ministre israélien de la défense, Ehud Barak, expliquait dès novembre dernier que la principale réussite de l’Iron Dome est de « permettre une plus grande liberté décisionnelle ».

Sous-entendu, mettre le territoire hébreu à l’abri des roquettes tirées en représailles aux assassinats ciblés.

Toutefois, ce système est critiqué par une partie des médias pour son coût élevé.

Chaque tir de batterie est estimé à 50 000 dollars, sans garantie d’interception du projectile visé.

Forcer le Hamas à répliquer

Cette flambée de violence intervient moins d’une semaine après la rencontre entre le président américain, Barack Obama, et le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, lors de la réunion de l’Aipac, principal groupe de pression pro-israélien aux Etats-Unis.

Pour Dominique Vidal, journaliste et essayiste spécialisé dans le conflit israélo-palestinien, la décision prise par l’Etat hébreu de lancer un raid sur Gaza ne peut pas se comprendre indépendamment du contexte particulier dans lequel se trouve actuellement Israël.

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a en effet échoué à obtenir l’appui ferme du président américain Barack Obama sur l’éventualité de frappes contre les installations nucléaires en Iran.


Le gouvernement Netanyahou cherche à recentrer le débat sur la sécurité de l’Etat hébreu

En provoquant des représailles, le gouvernement de Benyamin Netanyahou cherche donc à recentrer le débat sur la sécurité de l’Etat hébreu.

Cette action serait en outre dictée par la volonté de Tel Aviv de lutter contre un isolement diplomatique croissant, renforcé par son attitude de repli face au Printemps arabe.

Malgré les tirs de missiles, de part et d’autre de la frontière, il apparaît que le Hamas n’a pas voulu s’engager dans un conflit.

L’agence de presse Ma’an rapporte que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s’est entretenu avec le chef du Hamas, Khaled Mechaal, et le Secrétaire général du Jihad Islamique, Ramadan Salah, afin de convenir de la nécessité d’un cessez-le-feu dès dimanche.

Pour Jean-François Legrain, spécialiste de la Palestine, et chercheur au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, le Hamas s’est efforcé de brider les différents groupes armés existant dans la bande de Gaza afin de « déjouer la stratégie d’escalade de la violence du gouvernement israélien ».

Pour lui, les stratèges de Benyamin Netanyahou ont en effet cherché à provoquer, deux jours après l’annonce par le Hamas de sa neutralité en cas de conflit entre l’Israël et l’Iran, une réaction armée de la part du « Mouvement de la résistance islamiste » pour exposer sa proximité avec Téhéran.

De fait, le Hamas n’a pas répliqué aux raids israéliens.

Le gouvernement israélien l’a accusé de feindre l’impassibilité et de confier les représailles aux seconds couteaux, notamment le Jihad islamique, responsable de la plupart des missiles tirés vers Israël.

L’accord de cessez-le-feu qui vient d’être conclu reflète la volonté, de part et d’autre, de calmer le jeu.

Une source proche du dossier, basée en Israël, indiquait lundi que l’entourage du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, cherchait à tout prix à éviter l’envoi de troupes au sol dans la bande de Gaza.

Une telle opération aurait crispé les relations avec l’Egypte et la Jordanie, pays dont Israël tente de se rapprocher.

Gokan Gunes

Mercredi 14/03/2012

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/gaza-pourquoi-israel-a-allume-la-meche_1093002.html

1 COMMENT

  1. L’élimination ciblée est la mise à mort la plus juste d’un ennemi dont les services de renseignements possèdent la certitude que ce dernier prépare un futur attentat , ce n’est pas pour rien que l’armée la plus morale du monde a adopté cette façon d’agir afin d’éviter le plus possible de faire des victimes co-latérales .Et ceci selon l’adage talmudique : » Celui que tu sais se préparer pour te tuer , précède le et tue le avant  » . Et voilà pourquoi quelquefois Israël est obligé « d’allumer la mèche  » . Cas de légitime défense selon le concept juridique , malheureusement contesté lorsqu’il s’agit des israéliens .

  2. Devons nous laisser en vie un terroriste responsable de la mort de 8 Israeliens l’ete dernier, penser vous vraiement que les palestiniens ont besoin de ce pretexte pour lancer des missiles. Plus de 700 missiles lances depuis le debut de l’annee. Arretez d’avoir ce regard complaisant envers les palestiniens, tout l’argent verse par l’UE et les Etats Unis rempli les poches de leurs dirigeants, sans action pour sortir la population de son ignorance

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here