France 2 et Charles Enderlin mordent une nouvelle fois la poussière

0
16

Le 14 février, la cour de cassation, jugeant le second volet de l’affaire al-Dura, a confirmé l’imposture de la télévision d’Etat et a condamné le père al-Dura.

Je n’ai pas encore pris connaissance du jugement, qui, j’en suis sûr, contient des révélations importantes .

En 1994, le docteur David Yehouda avait opéré Jamal al-Dura de plusieurs blessures infligées par des hommes du Hamas.

Jamal est le père de Mohamed al-Dura, l’enfant soit disant « assassiné » par l’armée israélienne en septembre 2000.

Blessé par le Hamas, soigné par un chirurgien israélien, al Dura père trouva tout naturel d’accuser les israéliens de ses blessures, et il tourna, avec son fils comme acteur, dans un fiction palywoodienne où l’on voit l’enfant mourir (sans une seule goutte de sang) sous les tirs de l’armée israélienne.

Le cameraman était un Palestinien qui travaillait pour France 2, et Charles Enderlin, reporter à la même chaîne, ajouta les commentaires, plus vrais que nature (alors que jamais il ne se rendit sur place).

France 2 diffusa le faux reportage sans imaginer qu’il enflammerait le Moyen Orient, provoquerait la seconde Intifada, et la décapitation en direct du journaliste Daniel Pearl.

Pour prouver la réalité de la tuerie, Jamal exhiba au monde entier ses blessures.

Mais le chirurgien, le Dr Yehouda, se souvenant avoir soigné Jamal, publia un article dénonçant la supercherie et affirma « que les cicatrices qu’avaient exhibées Jamal A-Dura ne provenaient pas de tirs israéliens mais d’une opération que le médecin avait lui-même effectué sur Jamal A-Dura quelques années auparavant »

Yehouda fut immédiatement attaqué en diffamation par le père al-Dura, dont on se demanderait encore, lui qui ne lit pas le français, comment il a bien pu prendre connaissance de l’article, si l’on n’avait pas appris depuis que c’est France Télévision qui prit en charge ses frais de justice et lui choisit un avocat.

Portant la très lourde responsabilité des conséquences du faux reportage, France 2 et Charles Enderlin ne pouvaient faire autrement que s’enfermer dans le mensonge.

Mais deux hommes courageux, Philippe Karsenty et le Dr Yehouda, leur ont fait cracher leurs mensonges devant la justice.

Le 14 février donc, la cour de cassation, qui rejugeait la “diffamation” de Jamal al-Dura par le docteur, a annulé la décision de la cour d’appel, et a conclu que le Dr Yehouda disait vrai lorsqu’il accusa le père al-Dura d’avoir menti sur ses cicatrices.

La cour d’appel a jugé que les blessures du père al Dura n’ont pas été causées par les tirs israéliens en 2000, et elle a annulé la condamnation à 13.000 euros de dommages et intérêts infligée par la cour d’appel en avril 2011.

En sortant du tribunal, le Docteur s’est exclamé : « Les juges de la Cour d’Appel du mois de décembre étaient notoirement antisionistes et d’extrême gauche, mais la composition d’aujourd’hui était plus équilibrée et j’ai pu étayer mes arguments avec plus de sérénité et d’efficacité ».

Puis il ajouta « Dorénavant, que chaque Arabe palestinien qui voudra diffuser sa propagande mensongère, nazie, raciste et antisioniste sache qu’il me trouvera sur son chemin ! »

Mais si Jamal al-Dura n’a pas été blessé en 2000 par l’armée israélienne, son fils n’a donc pas succombé sous leurs balles.

Charles Enderlin, qui a passé onze ans hanté par la peur que la vérité finisse par éclater, a menti pour s’attirer la gloire, et il a récolté la honte.

Jean-Patrick Grumberg

Le 16 février 2012

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/2012/02/cour-de-cassation-france-2-et-charles-enderlin-mordent-une-nouvelle-fois-la-poussiere/

http://www.israel7.com/2012/02/historique-jamal-a-dura-perd-son-proces/
http://www.israelhayom.co.il/site/newsletter_article.php?id=15140&hp=1&newsletter=16.02.2012

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here