Fillon, Marine et les Juifs

0
9

Dès l’annonce de François Fillon qu’il se déterminerait en choisissant le moins sectaire des deux entre le PS et le FN, des Institutions juives de France (CRIF) sont montées au créneau, en se déclarant « déçues et inquiètes » par cette déclaration « à risque » de l’ex-Premier Ministre de N. Sarkozy. Entretemps, l’UMP, embarrassée, arrondissait les angles et le « récalcitrant » se reprenait en corrigeant le tir : « Jamais il n’appellerait à voter pour un représentant du FN ». La question demeure : comment récupérer ceux qui le font (voter pour) ?

Le Sarthois semble vouloir concurrencer, autant la « ligne Buisson » le conseiller droitiste »>Article original de son ex-Président, qui a provoqué bien des remous, lors de la Présidentielle, que les « petites phrases » de J.F Copé sur les « pains au chocolat ». La droite classique française peine à se remettre du score « honorable » réalisé par la Passionaria frontiste, lors des dernières élections, et d’une barrière morale plus « relâchée », au sein d’un électorat de déçus du Sarkozysme, comme du Hollandisme, allés se « réfugier » (durablement ?) du côté d’un parti, qui prône son aggiornamento (réel ou feint, l’essentiel soit qu’on en parle) :

c’est, précisément, là que les relations, traditionnellement « frontales », entre néo-frontistes et communauté juive, doctrine républicaine, se compliquent.

Concernant les Juifs de France, on peut considérer que, quelles que soient les chaudes recommandations de hauts responsables, au moins 15% d’entre eux, sur le même canevas -peut-être à un degré moindre, rien n’est moins sûr- que le reste de la population (34% de sondés), voteront en faveur du FN. Les conséquences sécuritaires liées aux divers courants migratoires, le sentiment, notamment des Juifs issus d’Afrique du Nord, de ne pas avoir bénéficié d’un meilleur traitement que les Musulmans, mais de s’être construit une situation, sans exiger tant et plus de l’Etat français, occupent une place importante dans ces préoccupations, qu’il faut traiter, plus que stigmatiser.

Guillaume Tabard, dans un article du 11 septembre 2013, sur le Figaro, a raison de parler de « logiciels » anti-FN caduques (http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/09/10/10001-20130910ARTFIG00822-des-logiciels-anti-fn-caducs.php?m_i=eTheK4JP6d%2BZVIFSY6Pwb9JHnU8RZlfYV3H_iLgi2d1FJb3et) . Le mouvement d’accumulation de voix du Parti pousse les concurrents, de droite et de gauche, à « dédiaboliser » les franges d’électorat concernées, mais, à maintenir la diabolisation traditionnelle de la dirigeante et de son appareil, lui refusant la légitimation républicaine, dont, semble t-il, elle se passe ou se joue allègrement.

Or, pour séduire des courants toujours plus larges, le FN continue de « mettre de l’eau dans son vin », range ses vieilles marottes et s’éloigne de ses ancrages d’origine, ce qui contribue à « ringardiser » le discours antifrontiste, voire « antifasciste », relégué à l’époque des dinosaures années-30. Pouvant aisément jouer sur ce décalage des discours et le constat flagrant qu’il n’est pas « dans le ton » du moment, la vedette de ce parti conquiert de nouvelles marges et ainsi de suite, au point d’organiser une véritable « chasse au Dahut » pour politiciens désorientés.


Comment devenir « l’élu »?

La question idéologique pure et dure est passée au second plan, assez loin derrière la cuisine électoraliste, tant pour le « mouton noir » du spectre politique français que pour ceux qui, s’adonnant à ces jeux d’érosion, prennent le risque d’en devenir dérisoires. Ou fable de l’arroseur-arrosé.

La question sociologique, elle, importe, puisque cet électorat diffus traverse presque toutes les couches de la société, dont une bonne part des ouvriers, déclassés de la « restructuration » post-industrielle , les précaires, mais aussi les classes moyennes, touchées au portefeuille, ou qui en ont assez de « payer pour les autres ».

Le fait religieux ou historique devient déterminant, lorsque l’attrape-mouches avec du miel n’est plus, comme du temps du Paternel, « le point de détail » d’une Shoah qui ne passe pas, mais, plus commode et correspondant plus à l’air du temps : les prières musulmanes à même la rue, la question, largement partagée, du voile ou, pire du Niqab, et, fin de soldes du drapeau français, celle de la laïcité, en général. En dépit du vieux fonds de commerce xénophobe qu’on lui prête, comme pour dénoncer une perversion, dans la « société ouverte et multiculturelle », le FN est à la manœuvre pour se retrouver au centre du consensus « mou » français et, plus largement, européen. La plupart des lois de sauvegarde de la laïcité, face à l’entrisme de l‘Islam-isation, dans toutes les sphères publiques, depuis 1989, a été majoritairement votée par des groupes de députés trans- partisans.

Sur le plan européen, d’autres partis, anciennement d’extrême-droite, comme le MSI italien de Gianfranco Fini ont, plus facilement, réussi leur reconversion. D’autres groupes, dénués de tradition droitiste ou extrémiste, plus libéraux, comme le Parti des Libertés, de Geert Wilders, se sont faits taxer d’appartenance à « l’extrême-droite », dès lors que s’opposant à la montée revendicatrice de l’Islam, au décours du 11 septembre. Leur parti-pris favorable à Israël, comme représentant le rempart des démocraties face au fascisme vert, ne les empêche pas de voter, par démagogie, des motions hostiles à la Casherout ou à la pratique de la circoncision, pour dégager des majorités artificielles sur de supposées « questions de société » et pour marquer au fer de prétendus « archaïsmes », des rites partagés, avec des prescriptions différentes, par les religions dites « sémitiques ». Ce sont ces controverses de fond que, jusqu’à présent, les représentants communautaires ne sont pas parvenus à assurer, comme indispensables au « droit des minorités » respectueuses de l’Être-ensemble.

S’y agglomèrent quelques autres faits de société, comme le « mariage gay », voire l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, qui provoquent l’ire ou les inquiétudes légitimes d’une partie de la nation et les enfants de Maurras ou de Dreyfus n’y reconnaissent plus… leurs petits.


Celle par qui le dissensus est permis?

Est-ce à dire que les thèses du FN se sont diluées dans le climat social, et que ses dirigeants n’ont plus qu’à ramasser leurs mises successives pour capitaliser un succès rarement démenti, depuis l’émergence de ce parti, jusqu’à son relooking par son actuelle cheffe de file ?

Il lui suffit de proposer quelques lois de retour à l’Etat social fort, héritées de la nostalgie des « trente glorieuses », à jamais disparues, de dire qu’il fera plus fort et plus dur, grâce à un art oratoire éprouvé par filiation, de montrer qu’il ne hait pas tant que cela les Français juifs, à condition de ne pas inverser l’ordre des termes, voire même que les questions de sécurité sont partagées, tant par les Juifs de France que par une bonne majorité des Français, et le FN apparaît d’une… banalité politique à pleurer, tant il est semblable à ceux qui le condamnent.


Dernière pêche en date : Jean Roucas

Marine Le Pen s’acclimate fort bien de son « exclusion » relative de la scène politique et des médias juifs. Elle a su « montrer patte blanche », en se séparant des éléments perturbateurs de sa logique de reconquête : la ligne des ex-gauchistes devenus irano-fascisants, « d’Egalité et Réconciliation », dirigée par Alain Soral ; d’autres leaders locaux dont la langue aurait dérapé sur l’antisémitisme Article original. En est-elle, pour autant, devenue « fréquentable », comme l’ont suggéré des journalistes, comme Frédéric Haziza, prêt à lui concéder un dialogue franc et massif sur une radio juive parisienne, avant de se rétracter sous les tollés ? A ce propos, la campagne de diffamation antisémite que celui-ci a subi, de la part, essentiellement, des mêmes groupuscules mis au rebut du FN « new look », puise énormément dans la rancœur qu’on lui voue, d’avoir « failli » approcher la nouvelle Star, lorsque d’autres n’avaient plus le privilège, ni de l’influencer, ni même d’embrasser le bas de sa toge thaumaturge… On lui en veut, peut-être, d’avoir osé risquer de sortir du rôle de « petit juif obstiné » et radicalement anti-FN, comme par essence ou naissance… (?).


Frédéric Haziza, cible d’une campagne antisémite, menée par les recalés du frontisme.

Bref, au-delà de la réanimation des vieilles lunes, comme points de repère dans le confusionnisme d’une République dont le centre nerveux de gouvernance se déplace à vue d’œil vers Bruxelles, – pour se replier sur le quasi-seul exercice de ses fonctions régaliennes : maintien (laborieux) de l’ordre, interventions militaires extérieures et gestion interne de la crise globalisée-, les anti- et les pro-dialogue avec le Diable ou sa Diablesse se perdent en conjectures.

Le FN est le maillon d’un jeu de rôles du permis et de l’interdit, du « politiquement correct » (auquel semble s’être assez largement converti cette mouvance, par hyper-réalisme électoral, aux débordements, calculés, près) en politique française, une sorte de miroir aux alouettes et aux illusions perdues d’une dialectique droite/gauche en perdition. Il se contente de vouloir être « là où les autres ne sont pas » encore, sur des sujets épineux, mais, parfois, rapidement surannés.

La place du Judaïsme français et de sa mémoire, dans ce débat politique, restent à construire, tant sur les questions dites de « société » qu’en matière d’intervention extérieure et de relations avec un Moyen-Orient tumultueux. L’heure est à la complexité, et non aux réponses ad’hoc, téléphonées, aux simplifications. L’appareil du FN, en tant que tel, représente peut-être moins un risque de radicalisation fascisante de la « majorité silencieuse », qu’un jeu sans fin avec des questions en suspens qui ne trouvent jamais de réponse satisfaisante : insécurité, famille, mœurs, usages et coutumes, place d‘un Islam incapable de se bâtir une représentation univoque ou/et modérée, au-delà de quelques « moutons à cinq pattes » comme l’Imam Hassen Chalgoumi.

Il ne s’agit pas seulement d’être contre… tout contre le FN, mais d’apporter un regain d’idéaux ou/et de projets accessibles, réalisables, qui fassent rêver, tant pour la communauté, au sens élargi, que pour le collectif en mal d’identité « française » et de points de référence suffisamment solides, pour bâtir des ponts entre les générations. Et là, il y aurait bien du chemin à faire, tant pour des politiques qui peinent à nous représenter, que pour des leaders communautaires qui semblent, si souvent, déconnectés de la « rue juive » (au sens noble de la concertation incessante)…

L’alliance des partis de gauche avec leurs extrêmes, les concessions faites au discours démagogique pro-palestinien, l’accueil à bras ouvert de membres du FPLP dans certaines mairies, dont la capitale, stimulent des comportements électoraux de contre-mesures plus radicales, même si incantatoires. Quel « ennemi », finalement, se choisir, entre regain jihadiste assassin (affaire Merah) et postures « Vieille France »?

La question n’est pas ou plus : faut-il LA fréquenter, mais comment se fait-il que nul ne soit parvenu à s’en démarquer, à surclasser le phénomène, et ce, depuis les temps déjà reculés, où la politique franco-française semble s’être abîmée dans ce vortex? Un simple reflet de notre médiocrité collective à inspirer du nouveau?

Pierre Lellouche (UMP) : « De quoi parle t-on au sein de l’UMP? Du Front National… Quelque part, on est juste pas très bons ». C’est peu de le dire.

Par Marc Brzustowski.

1 COMMENT

  1. Je vous rassure car si marine le pen est élue, je pense que vous serez beaucoup mieux protégé qu’avec monsieur hollande car pour tous les meurtres antissémites à ce que je sache monsieur hollande n’a pas levé le petit doigt, ou plutôt si … il a viré les juifs du gouvernement.

  2. ON A FAIT CONFIANCE A L UMP ET AU PS ET QUELLE A ETE LE RESULTAT.

    LA FRANCE AU BORD DE LA FAILLITE, UNE DESINTEGRATION IDENTITAIRE A CAUSE DE L’IMMIGRATION DE MASSE, UNE INSECURITE GALOPANTE, UNE DESINDUSTRIALISATION ETC… ET POUR LES FRANCAIS DE CONFESSION JUIFS UNE MONTEE DE L’ANTISEMITISME (ANTISEMITISME QUI PREND ESSENTIELLEMENT SA SOURCE CHEZ LES IMMIGRES OU LES FRANCAIS D’ORIGINE ETRANGERE).

    AVANT DE CRITIQUER LE FN SUR SON ANTISEMITISME, FN QUI EST CRITICABLE COMME TOUS LES PARTIES ON DEVRAIT D’ABORD S’INTERESSER AUX AUTRES PARTIES.

    LES PARTIES D’EXTREME GAUCHE OU LES VERTS QUI CACHENT LEUR ANTISEMITISMES PAR UN ANTISIONISME. JE VOUS RAPPELE QUE CECILE DUFLOT QUI A OSE COMPARER GAZA A UN CAMP DE CONCENTRATION A CIEL OUVERT EST AUJOURD’HUI MINISTRE DE L’ECOLOGIE, LE CRIF NE S’EN EST JAMAIS INSURGE.

    MITTERAND ANCIEN FONCTIONNAIRE SOUS VICHY, SARKOZY ET SON AMITIE AVEC LE QATAR PAYS QUI FINANCE LES ISLAMO FASCISTE ET J’EN PASSE.

    LE FN RESSEMBLE AUJOURD’HUI BEAUCOUP PLUS A ISRAEL BEITENOU PARTI DIRIGE PAR AVIDGOR LIBERMAN EN ISRAEL C’EST A DIRE UN PARTI NATIONALISTE. POURQUOI EN TANT QUE JUIF ON SE SENT PROCHE DES POSITIONS DE LIBERMAN ET OPPOSE A MLP EN TANT QUE FRANCAIS.

    POUR COMPRENDE LE FN IL FAUT SEPARER SON IDENTITE RELIGIEUSE ET SON IDENTITE NATIONALE. EN TANT QUE FRANCAIS DE CONFESSION JUIVE JE ME MEFIE DU FN MAIS TOUS LES PARTIES EN FRANCE DE GAUCHE OU DE DROITE ONT PARTICIPER DIRECTEMEMT OU INDIRECTEMENT A FAIRE MONTER L’ANTISEMITISME.
    EN TANT QUE FRANCAIS JE PREFERE LES IDEES DU FN QUI DEFEND LA FRANCE ET SON IDENTITE. ET PUIS DE TOUTES LES MANIERES QUELLE RISQUE ON PREND SI ON DOIT QUITTER LA FRANCE AUTANT ETRE EXPULSER PAR LES FRANCAIS DE SOUCHE QUE PAR LES ISLAMO FASCISTES.

  3. Le crif devrait etre plus prudent dans ses declarations.
    Personellement, j’approuve la demarche de Fillon malheureusement elle ne reste que dans la symbolique, et il faudra bien plus de courage pour briser les tabous et redonner une cohesion a la France.
    La question n’est pas de savoir si Fillon est tombe dans le piege de Marine, mais plutot est-ce que Marine est tombee dans le piege du Qatar ? ou ily-a-t-il un piege entre la Qatar et Marine Lepen?
    Le soutien aux islamos fascistes, l’imbecilite antisemite face au defie dont la France fait face ne peut-etre que de mauvais presage.

  4. Shalom, je pense que nous sommes presque tous trop jeunes pour l’avoir vecu, c’est justement pour ca qu’il faut bien relire l’histoire: L’extreme-droite francaise de Maurras, toute anti-semite qu’elle etait, n’a jamais collaborer, ils ont meme ete les premiers, cote a cote avec les Juifs et les marins bretons a rejoindre De Gaulle dans la resistance, ce qui a fait dire a ce dernier « A Londres, j’ai retrouve le Juif et la Cagoule ».
    Les cocos n’ont pas bouge jusqu’a ce que Staline change de camp, et la majorite des callabos etaient des socialos, Sieur Mitterand en tete (porteur de la francisque)
    Faut-il choisir entre bons et mechants antisemite?… La reponse vous appartient, mais vous avez au moins le devoir de retablir la verite historique.

  5. Jankel , excusez moi , mais je dois être léthargique , car je n’ai rien compris à votre commentaire ! (15+15 +..) Je pense que l’antisémitisme est bien antérieur à la création d’une droite et une gauche ici ou là …et même en Israël hélas !
    Par ailleurs , il continue d’y avoir des personnes « vraies » et désireuses de faire progresser des valeurs justes .Mais voilà , on préfère très souvent voter pour des pantins aguicheurs qui savent mieux nous flatter…etc ! et là , oui , nous sommes trop souvent léthargiques . Maintenant , « démocrate » ,comme «tolérance» , vous savez …ce sont des mots à usage variable !

  6. Ce qui les « empêche » c’est leur seul souci:être AU POUVOIR même et surtout pour n’en RIEN faire du tout.
    Tous des escrocs, très intelligents mais des escrocs politiques et des faibles de caractères qui ne veulent (comme tous les Juifs dans les allées des mêmes pouvoirs et des médias) rien risquer pour leur CARRIERE…….
    Si vous additionner la Gauche antisémite à la Droite antisémite (15+15 au minimum) et à tous ceux du centre qui ont des amis juifs mais n’aiment pas trop les youpins quand même ! ça fait un chiffre qui n’arrêtera que les démocrates!
    Les Léthargiques c’est vous, c’est nous, les juifs et les démocrates…

  7. Vous rêvez! si le prochain gouvernement français n’est pas réactif et si MLP ne peut ni ne sait faire ce qu’il faut pour sauver du naufrages des Paris (en sabordant son propre Parti pour un système vraiment démocratique) je ne miserai pas un centime d’Euro sur l’avenir de ce pays que je vous conseille gentiment de quitter avant la guerre civile où forcément désarmé et incompétent vous serez laminé…

  8. Mais non , fillon ne tombe pas , il a toujours été au niveau du sol , comme les cafards ! Quant à tous les « papys » de l’UMP , qu’est-ce qui les a empêchés de surpasser lepen ? Qu’est qui les empêche de prendre fermement en main une opposition à ce foutu gouvernement , au lieu de se préoccuper de la lepen ?? Ils sont léthargiques et se lamentent à l’avance , en supposant leur futur échec , pour savoir de quel ennemi se rapprocher !

  9. Le FN tente de se refaire une virginité « en se séparant des éléments perturbateurs de sa logique de reconquête : la ligne des ex-gauchistes devenus irano-fascisants, « d’Egalité et Réconciliation », dirigée par Alain Soral « . Exclusion en trompe l’oeil: le lobby pro Assad avec financement iranien fait largement appel aux gros bras et aux réseaux de propagande du FN http://contresubversion.wordpress.com/2013/09/11/wikileaks-lextreme-droite-francaise-rend-des-comptes-au-regime-assad/
    Pour ceux qui sont trop jeunes pour l’avoir vécu, l’extrême droite porte la collaboration dans son adn. Tout un pan du FN a été formé par François Duprat, naguère bras droit de JMLP, sur la base d’un antisionisme virulent destiné à ratisser (et non à ratonner) large dans les banlieues.

  10. {{MLP me fait penser aux cocos d’après guerre . Elle n’a du succès que dans l’opposition .}}

    {{Si par malheur elle est élue la France coulera .}}

    {{Les seuls qui sortiront gagnants seront ceux qui auront conservé une bouée de sauvetage c.a.d les muzz intégristes .}}

    {{Ainsi , la France aura tout gagné .}}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here