En Israël, une manifestation ultra-orthodoxe dégénère

0
9

Lundi 12 août, une manifestation de juifs ultra-orthodoxes opposés à la construction de logements à Beit Shemesh – à environ 30 kilomètres de Jérusalem -, a tourné à l’émeute. La police a arrêté 29 des protestataires.La plupart des émeutiers appartenaient à l’organisation Atra Kadisha qui oeuvre pour la préservation de tombes juives. Les manifestants protestaient contre la construction de logements sur un terrain où des os humains avaient été trouvés. Ils considéraient que le chantier était une profanation, d’autant plus que selon la loi juive, les corps des défunts doivent être inhumés et les os ne doivent jamais être déplacés.

Un journaliste haredi sur place a confié au Jerusalem Post que l’association avait proposé des plans modifiés et le rachat de la portion de terrain sur laquelle a ont été découverts les os au prix auquel étaient vendus les appartements. Faux selon Ahrale Yakter, président d’un autre groupe de défense des tombes juives qui a affirmé qu’il était impossible de savoir si les ossements découverts étaient bel et bien juives.

Il défend qu’il faudrait examiner les os, ce qui suppose de les exhumer, geste interdit selon la loi juive selon les détracteurs de la construction en cours. Le rabbin Moshe Shternboch, à la tête de la Cour rabbinique Eda Haredit, avait pourtant déclaré licite l’examen des tombes. Une opinion qui avait divisé les coreligionnaires de ce rabbin.

La question est sensible, au point que le propriétaire du terrain, Aryeh Goloventzitz, a été attaqué et battu par des hommes de l’Atra Kadisha la semaine dernière. Les attaquants ont demandé à l’homme de stopper le projet de construction, et l’ont menacé de le battre à nouveau s’il ne s’exécutait pas. « Je n’ai fait que vendre le terrain », a expliqué Aryeh Goloventzitz.

Pour Yanky Paley, représentant de Agudat Eretz Hahayim, la société de construction des logements à laquelle s’oppose Atra Kadisha, le chantier doit continuer : « tous les endroits où des trous ont été creusés ont été minutieusement examinés. Dans deux ans, il y aura un beau quartier et tout le monde aura oublié cette affaire. »

Les émeutiers ont allumé des feux, lancé des pierres et s’en sont pris aux policiers. Ceux-ci étaient arrivés dans des camions anti-émeutes, mais n’étaient pas équipés pour faire face à la violence des manifestants selon le Jerusalem Post. Ces derniers ont lancé aux policiers « nazis, rentrez en Allemagne », « larbins de l’Etat sioniste ».

Selon Yosef Krozer qui s’est présenté comme un des leaders du mouvement protestataire, des religieux haredim ont déclaré que la construction était illégale. Interrogé sur les méthodes violentes du groupe, il a déclaré que la violence « peut aider, beaucoup ».

Avis non partagé par les voisins et habitants du quartier, dont Aron Solomon, un orthodoxe qualifié de « plus libéral ». Ce dernier a affirmé que le rabbin Shterboch avait autorisé le chantier et affirmé : « Nous sommes contre la violence, quelles que soient les circonstances ».

Sources : Jerusalem Post, Your Jewish News/ Fait-Religieux.com Article original

Dernière Minute :

à l’heure qu’ il est, ce mercredi 14 aout 2013, des douzaines de
manifestants sont toujours sur le site, ils récitent des prières et insultent les ouvriers du chantier.

Source: YNET Article original

TAGS : Beth Shemesh Atra Kadisha Haredim Construction Israel

Profanation

1 COMMENT

  1. Que des ” religieux” qualifient les policiers de nazi et larbins de l’Etat sioniste est INADMISSIBLE

    et ces soi-disant ” religieux” qui sont PIRES QUE LES TERRORISTES D’EGYPTE et méritent

    une punition de 10 ans de travaux d’interet publics ‘nettoyer par exemple les rues et les plages qu’ils souillent

    ……………………………..

  2. oui , ils ont raison de manifester et nous devrions tous se cotiser pour qu’ils manifestent avec dieudonné
    a téhéran avec aucun retour en Israel , peut-être un voyage permanent avec les frères musulmans en
    égypte où avec les insurger en syrie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here