Elections municipales de père en fils

    0
    16

    Ce matin, dans une dépêche d’agence reprise sur le wire et sur le net, je lis (en y ajoutant mes petits commentaires entre parenthèses) que « la politique est parfois une affaire de famille et la filiation se fait aussi sur les idées : tous ces candidats suivent les engagements partisans de leur aînés (ndmg : précisons peut-être ici qu’il s’agit bien des élections municipales en France ; et non pas d’une quelconque élection bidon à Cuba, en Corée du Nord ou au Gabon).

    A elle seule, la famille Le Pen présente trois candidats, de trois générations différentes. Jean-Marie (ndmg : auteur du best-seller révisionniste « La chambre est un détail », publié aux Editions Le Faux Risson), 81 ans, est chef de file Front national dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sa fille Marine (ndmg : plutôt intelligente et sympa, trouve-je…), 41 ans, conduit la campagne dans le Nord-Pas-de-Calais et sa petite-fille Marion, 20 ans, nièce de Marine, figure sur la liste des Yvelines, en Ile-de-France (ndmg : c’est en effet la même famille. Mais est-ce bien au nom des mêmes idées ? Marine veut changer le nom du parti. Car même si elle ne le dit pas aussi crûment, en fait elle en a raz la patate de cette appellation FN, typique d’une extrême-droite franco-franchouillarde, néo-pétainiste, néo-maurrassienne et anachronique ; seulement voilà, Papi Jean-Marie préfère mourir trucidé, là, tout de suite, plutôt que de rebaptiser son joujou de parti ; lui vivant, le parti national gardera un front bas ; et le front bas restera un parti nationaliste, les sourcils au niveau de la casquette à visière).

    A gauche, on connaissait José Bové et ses combats anti-malbouffe (ndmg : quand les bovidés se prennent pour des nutritionnistes, c’est le saucisson gras cholestérolisé et la baquette à base de farine catégorie C qui sont défendus avec force beuglement, allons z’enfants). Les habitants d’Aquitaine ont découvert à l’occasion de la campagne régionale sa fille Marie, qui conduit la liste Europe Ecologie en Gironde (ndmg : purée, je vois mal les Girondins se mettre au régime de l’assiette de crudités bio agrémentée d’un soupçon d’huile de pépins de pastèque génétiquement non modifiée). A 34 ans, elle avoue bien volontiers être « tombée dans le chaudron » du militantisme dès son enfance (ndmg : Allez ! Au chaudron les Bové ! Mais chaudron rempli exclusivement d’eau de source chaude sans sel et de feuilles de gui naturellement séchées sous le soleil).

    Dans le Morbihan, c’est le fils de Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, qui fait campagne sur la liste UMP. François Guéant, 35 ans, n’en est pas à son premier combat puisqu’il est déjà député suppléant dans le Morbihan (ndmg : avec, paraît-il, le slogan « Guéant suppléant, Morbihan, même combat ! » ; ah, au fait, à propos d’Elysée géant, Mobylette, le fiston à Nico, il ne se présente nulle part cette fois ?). La ville de Châtellerault est depuis longtemps liée à la dynastie Abelin. La relève est assurée par la troisième génération, avec Véronique, 31 ans, candidate Nouveau Centre (NC) aux régionales dans la Vienne. Le père de la jeune femme, Jean-Pierre Abelin, est député-maire NC de Châtellerault, son grand-père Pierre a été maire, député, et ministre, sa grand-mère Geneviève aussi a été maire de la ville (ndmg : désolé, jamais entendu parler de Châtellerault et son abeline dynastie ; ça date d’avant 1789 ?).

    En Alsace, c’est Huguette Zeller, la veuve de l’ancien président de région, décédé en août 2009, qui perpétue le nom de son mari, sur la liste de la majorité présidentielle. Enfin, en Ile-de-France, Europe Ecologie compte une fratrie, Alain Lipietz et sa sœur Hélène (ndmg : la fratrie y en a mettre Lipietz en IDF, cékoiça ? Un parachutage ?). A droite, Axel Poniatowski, fils d’un ancien ministre (ndmg : célèbre inventeur des écoutes téléphoniques à bon marché) de VGE (ndmg : homme politique auvergnat du 20e siècle ; inventeur de l’étatisme comme alternative au socialisme ; renifleur et diamantaire à ses heures perdues) et frère du sénateur Ladislas Poniatowski, conduit la liste UMP dans le Val d’Oise (ndmg : avec le slogan « Ecoute Val d’Oise ») » (Fin de la dépêche d’agence reprise sur le wire et sur le net avec mes petits commentaires ajoutés entre parenthèses).

    http://monde-info.blogspot.com/2010/03/elections-municipales-de-pere-en-fils.html

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here