Egypte: Washington jugera les politiciens sur le respect des droits du peuple

0
11

Les Etats-Unis jugeront les politiciens égyptiens sur le respect porté aux droits de leur peuple, a déclaré dimanche la secrétaire d’Etat Hillary Clinton alors qu’elle était interrogée à Istanbul sur la désignation par les Frères musulmans de leur candidat à la présidentielle. “Nous allons suivre de près ce que que font les acteurs politiques en
Egypte.

Nous verrons leur engagement vis-à-vis des droits et de la dignité de
chaque Egyptien” et “nous les tiendrons pour responsables de leurs actes”,
a-t-elle affirmé, à l’issue de la conférence des Amis de la Syrie.

Mme Clinton a dit “réellement” espéré que le peuple égyptien atteindra les
objectifs de la révolte de janvier-février 2011, à “savoir une démocratie
ouverte et pluraliste qui respecte les droits et la dignité de chaque
Egyptien”.

“Nous voulons que l’Egypte s’engage dans la transition démocratique”, ce
qui implique l’absence “de discrimination envers les minorités religieuses,
les femmes et les opposants politiques”, a-t-elle encore dit, sans mentionner
les Frères musulmans.

La confrérie, première force politique d’Egypte, a désigné samedi son
numéro deux, Khairat al-Chater, comme candidat à la première présidentielle du
pays depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, sous la pression de la
rue.

Pendant des mois, les Frères, qui dominent le Parlement, avaient pourtant
assuré vouloir soutenir un candidat d’union, compatible avec leurs idées, mais
pas affilié à leur formation, afin de ne pas donner le sentiment de vouloir
accaparer le pouvoir.

Le scrutin, dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai, est censé
clore une transition agitée, au cours de laquelle l’armée au pouvoir, portée
aux nues pendant le soulèvement populaire, est devenue la cible des militants
ayant mené la révolte contre l’ancien régime.

M. Chater, un professeur d’ingéniérie de 61 ans ayant fait fortune dans les
affaires, devrait affronter notamment le salafiste Hazem Abou Ismaïl, partisan
d’un islam rigoriste, l’ex-secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa et
l’ex-membre des Frères musulmans Abdel Moneim Aboul Foutouh.

ISTANBUL, 1 avr 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here