Egypte: Amnesty et des ONG locales critiquent un usage “disproportionné” de la force

0
11

Amnesty International et un collectif d’ONG
locales ont dénoncé mercredi un usage “disproportionné” de la force dans la
gestion des manifestations islamistes pro-Morsi, et ont réclamé une enquête
“indépendante” sur les heurts de lundi au Caire, qui ont fait plus de 50 morts.A l’aube, lundi, au moins 51 personnes ont été tuées lors des ces violences
devant le siège de la Garde républicaine au Caire. Dans le climat d’extrême
tension qui prévaut dans le pays, les Frères musulmans, dont est issu M.
Morsi, ont déclaré que des soldats et des policiers avaient ouvert le feu sans
aucune raison sur les manifestants, et évoqué un “massacre”. L’armée a dit
avoir répliqué à une attaque de “terroristes armés”.

“Même si certains manifestants ont pu se montrer violents, la réponse (de
l’armée) a été disproportionnée et est à l’origine de décès et de blessures
parmi la foule”, affirme Amnesty International (AI) dans un communiqué.
“Même si l’armée affirme que les manifestants ont attaqué les premiers et
qu’aucun enfant ni femme n’a été blessé, les premiers éléments récoltés
dressent un tableau très différent”, fait valoir Hassiba Hadj Sahraoui, une
responsable régionale de l’ONG.

Aussi, “les ingrédients pour un désastre sont réunis” si l’armée ne donne
pas “des consignes strictes en matière de recours à la force”, poursuit AI,
qui dit avoir mené des investigations dans les morgues et hôpitaux du Caire
mais aussi d’Alexandrie (nord).
“De nombreuses victimes avaient été touchées (par balles) à la tête et sur
le haut du corps”, note-t-elle.
Dans un communiqué commun, 15 ONG égyptiennes ont pour leur part exprimé
leur “forte condamnation de l’usage excessif de la force par l’armée et les
forces de sécurité”.

“La gestion des manifestations doit répondre aux standards internationaux,
même si ces rassemblements sont l’occasion de violences et d’un recours à des
armes à feu”, ajoutent-t-elles.
Selon Amnesty International, les violences qui ont éclaté depuis le
renversement par l’armée de Mohamed Morsi le 3 juillet, à la suite de
manifestations massives, ont fait au moins 88 morts et quelque 1.500 blessés.

LE CAIRE, 10 juil 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here