Des pratiques “non cacher” au Consistoire de Paris.

18
84

Quelques membres courageux du Conseil d’Administration du Consistoire de Paris, mais on se demande pourquoi il faut avoir du courage pour s’exprimer, ont enfin osé parler.

Nous ne commenterons pas leur parole, c’est la leur et leur texte est éloquent. Le silence des autres l’est tout autant.

Nous dirons simplement que les membres de la Communauté sont désespérés de voir que rien ne bouge dans ces institutions et particulièrement dans cette institution. Les élections se succèdent et les mêmes hommes restent aux commandes d’un Consistoire où certains cumulent les mandats. Monsieur Mergui est ainsi le Président du Consistoire Central et du Consistoire de Paris. D’autres sont membres de plusieurs conseils d’administration ou de leur équivalent et siègent au Consistoire, au Fond Social, voire aux trois institutions en même temps si on y ajoute le CRIF. Comment font-ils pour siéger ET TRAVAILLER dans les trois institutions en même temps? Personne ne le sait. Sauf à conclure peut-être rapidement qu’ils se contentent de leur titre et que pour le reste, il faut aller voir ailleurs! Aller voir ailleurs aussi pour la résolution des problèmes communautaires.

La Communauté avait crû préférer Dov Zera et choisir le changement. C’était oublier que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, et que la voix des électeurs est peu respectée quand elle n’est pas travestie.

La démocratie communautaire qui devrait être le fondement de la relation entre gouvernés et gouvernants n’est ici qu’un artifice voir un artefact. Cette lettre ne révèle que la partie émergée toute petite de l’iceberg.

Peut-être faut-il ajouter que le document ci-dessous nous est parvenu sous pli anonyme. Sans doute de quelqu’un qui en approuve les termes, mais qui pour ne pas subir d’éventuelles représailles a préféré ne pas la signer. Voilà où nous en sommes. Mais pour le reste tout va bien, et nous pouvons dormir tranquilles.

Moshé COHEN SABBAN

===================

Paris, le 16 janvier 2012

Monsieur Joël MERGUI
Président de l’ACIP

Monsieur le Président,

Lorsqu’à la suite de la démission de Dov Zerah, vous avez assumé pour la seconde fois la présidence du Consistoire de Paris, nous avons accepté de vous apporter notre concours dans l’intérêt de l’Institution Consistoriale.

Il est de notre devoir tant vis-à-vis de vous que par fidélité à nos électeurs, de vous faire part à ce stade de notre mandat, de nos inquiétudes sur le fonctionnement et l’avenir de l’Institution, alors qu’elle a à faire face à une désaffection de plus en plus grande des Juifs de France à l’égard de la référence religieuse. La pratique ultra-orthodoxe de certains groupes ne doit pas occulter qu’ils ne représentent qu’une minorité et que la grande majorité de la population juive est extérieure à l’Institution Consistoriale.

Alors que vous disposiez du soutien de la totalité des membres du Conseil du Consistoire, vous avez préféré vous appuyer sur un petit groupe d’inconditionnels qui vous suivent aveuglément, et font régner dans nos instances un climat d’intolérance et d’invectives qui n’est ni dans les usages consistoriaux ni dans les usages tout court. Le peuple juif est le peuple de la libre discussion, comme Hillel et Shamaï nous en donnent un illustre exemple. Mais pour ce petit groupe, toute question, toute remarque, tout doute pour ne pas parler d’objection, est un crime de lèse-majesté. Ils invectivent celui ou celle qui se risque à vous contredire, et nos réunions deviennent des chambres d’enregistrement et non des instances de réflexion collective et de créativité, où les problèmes de fond et de long terme pourraient être abordés sans préjugé et en toute sérénité. D’ailleurs à la dernière réunion du Bureau, David Amar a déclaré que nous devions impérativement penser comme le président (sic), confirmant ainsi que la pensée unique devenait la règle de l’ACIP.

Les conditions d’information et de travail des membres du Conseil illustrent cet état d’esprit :

– Jusqu’à ces derniers temps les comptes-rendus des réunions du Bureau et du Conseil nous étaient adressés généralement plusieurs semaines voire plusieurs mois après la réunion concernée. Même si depuis quelque temps ces errements ont cessé, les comptes-rendus ne sont jamais soumis à la validation au début de la réunion qui suit celle qui est l’objet du compte-rendu. Les questions, réserves et objections ne sont pas mentionnées. Cette pratique prive le compte-rendu de toute force probante et est contraire à celle suivie par tous vos prédécesseurs.

– Les membres du Conseil ne disposent d’aucune information sur les travaux des commissions. Nous ignorons quand elles se réunissent et même si elles se réunissent. Ainsi les membres du Conseil qui souhaiteraient une information particulière sur une question donnée sont privés de la possibilité d’y assister et ne peuvent davantage se référer aux comptes rendus qui ne sont pas diffusés, contrairement aux pratiques de tous vos prédécesseurs. La commission travaux est réduite à une seule personne, la commission sociale n’a pas été constituée, etc… Les documents relatifs à une question inscrite à l’ordre du jour du Bureau ou du Conseil ne sont pas adressés avant la réunion et sont remis seulement en séance, ce qui empêche toute étude préalable et toute réflexion personnelle avant la réunion.

– Enfin, en ce qui concerne l’intérim du Grand Rabbin de Paris, nous confirmons que la durée de l’intérim ne devrait pas excéder trois mois, afin que le nouveau Grand Rabbin de Paris soit en fonction à Pessah.

Quant au projet du Centre Européen du Judaïsme, nous sommes là encore tenus à l’écart des véritables décisions, celles qui engagent la pérennité de notre Institution. Ainsi votre volonté d’hypothéquer des bâtiments communautaires inquiète les fidèles dont nous nous faisons aujourd’hui l’écho.

David Amar n’a-t-il pas évoqué sur les ondes de Radio J, la vente des locaux du Centre Fleg pour financer ledit Centre Européen, au mépris de la nécessaire collégialité des décisions. Informé publiquement de ces dérives autoritaristes, vous n’avez à aucun moment ni désavoué, ni sanctionné leur auteur. Pourtant le Centre Fleg appartient au Consistoire de Paris, et a été affecté par le Président Alain de Rothschild comme vous vous êtes plu à le rappeler, à la jeunesse de la Communauté et plus précisément à la jeunesse universitaire. Le minimum aurait été que David Amar avant d’affirmer sur les ondes que le Centre Fleg allait être « réalisé » pour financer le Centre Européen du Judaïsme obtienne l’accord de ses collègues d’abord parce qu’il s’agit d’une aliénation d’un bien immobilier, ensuite parce qu’il s’agit d’un outil indispensable à l’exercice de nos responsabilités en faveur de la jeunesse.

Pour achever les travaux de rénovation de Fleg, le Consistoire a obtenu une importante subvention de la F.M.S.marquant ainsi la volonté de pérenniser ce Centre comme espace dédié à la jeunesse universitaire en plein cœur du Quartier Latin et à proximité du vaste nouveau campus universitaire créé Rive Gauche. Que pensera la F.M.S. de la vente de Fleg ? Autant de raisons qui aurait nécessité un débat avant d’annoncer sur les ondes l’aliénation de Fleg. Mais David Amar a peut-être considéré que puisque vous étiez personnellement d’accord, tous ses autres collègues l’étaient, en vertu de la règle de la pensée unique dont il s’est fait le porte-parole.

Tout se passe comme si l’on privait d’informations les membres du Conseil, pour favoriser la prise de décisions sans débats. D’ailleurs à quoi bon des décisions puisqu’elles sont souvent remises en question ou ne sont pas exécutées ? Le meilleur exemple demeure la situation de pourrissement qui prévaut à Vincennes, situation sur laquelle certains de nos collègues vous ont alerté en vain et dont les conséquences vous seront imputables.

La formation des rabbins est un problème majeur. Tout le monde le reconnaît et la question a été évoquée par les candidats de toutes tendances à l’occasion des dernières élections au Consistoire de Paris. Le Grand Rabbin de France pour sa part, a affirmé qu’il en faisait l’axe prioritaire de son mandat.

La Communauté de la région parisienne est particulièrement intéressée à ce problème, à la fois parce qu’elle représente la majorité des Juifs de France et aussi parce que le Consistoire de Paris contribue pour une part importante au fonctionnement de l’Ecole rabbinique. A aucun moment notre Conseil n’a eu à en débattre. Vous participez à la réflexion engagée par le Grand Rabbin de France. Le minimum ne serait-il pas de tenir vos collègues informés et de recueillir leurs avis, pour exprimer ensuite la position qui serait celle du Consistoire de Paris et de ses représentants dans les instances décisionnaires du Consistoire Central ?

Des circonstances exceptionnelles nous avaient conduits à accepter que la même personne cumule des fonctions de président du Consistoire Central et du Consistoire de Paris pour la première fois dans l’histoire du Consistoire. La pratique confirme le bien fondé de nos réserves d’alors. De plus en plus une confusion existe entre la gestion de l’A.C.I.P. et la gestion du Consistoire Central, au détriment de ces deux instances qui ont chacune leur vocation propre. Ce cumul ne doit pas être pérennisé.

Il est aussi de notre devoir de relever que vos sentiments personnels à l’égard du Grand Rabbin de France Gilles Bernheim, nuisent de plus en plus à la cohérence nécessaire dans la mission fondamentale qui doit être la nôtre : assurer la gestion du culte et nous préoccuper particulièrement de nos frères éloignés de la Synagogue. Que vous soyez personnellement opposé au Grand Rabbin Gilles Bernheim et à ses idées, c’est votre droit le plus absolu, mais vous outrepassez ce droit dès lors qu’il a été élu, en faisant obstacle à l’exécution de ses projets et surtout en faisant régner un climat conflictuel qui nuit à notre mission et à l’image du judaïsme dans le pays. Le respect dû au chef spirituel de la Communauté juive de France devrait vous inciter à plus de dialogue et de mesure et non pas à tolérer des propos tenus à son égard lors de certaines de nos réunions. Le regretté Jean-Paul Elkann (zal) avait coutume de dire que la mission d’un dirigeant consistorial était de dégager les moyens permettant au Rabbinat d’exécuter le programme religieux défini par le Grand Rabbin de France.

Faut-il enfin affirmer que nous voyons mal les orientations du Consistoire pour le futur. Vous avez déclaré, de votre propre initiative, en mai dernier, en Israël : « Le judaïsme harédi en Eretz Israël aide beaucoup les Juifs de France et moi je veux vraiment amener les communautés juives de France dans cette direction » (Yated Neeman, mai 2011).

Nous sommes très inquiets devant cette vision ultra-orthodoxe du judaïsme qui s’éloigne de plus en plus de nos valeurs traditionnelles de tolérance, d’ouverture et d’humilité. Lors du dernier Conseil du Central, ce 10 janvier, David Amar a d’ailleurs tenu des propos sur l’absence de droit des femmes à l’expression publique que ne renieraient pas les fauteurs de troubles ultra-orthodoxes qui remettent en question les fondements de l’Etat d’Israël, la Loi, l’ordre, la Mémoire et l’éthique.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre dévouement à l’Institution Consistoriale et de nos sentiments religieux.

Moïse Cohen

Président d’Honneur

André Benayoun

Vice-Président

Janine Riveline

Ordonnatrice des dépenses-adjointe

P.S. : Nous adressons une copie de la présente aux membres du Conseil de l’A.C.I.P. et nous vous demandons de vouloir bien en verser un exemplaire aux archives du Consistoire de Paris.

COPIE DE LA LETTRE

18 COMMENTS

  1. Benjamin,

    Vous affirmez de manière péremptoire, sans citer un seul fait qui viendrait corroborer vos affirmations, que les signataires de la lettre agiraient par aigreur, qu’ils étaient plus despotiques que Mergui, une sorte de raisonnement de cour de récré du type “non c’est toi le plus despotique !” et enfin (c’est le bouquet) que “Mergui emmène le judaïsme français dans la bonne direction”, parce que, dites-vous, les laissés pour compte sont déjà partis très loin. J’ignore si vous êtes le porte-parole de Joël Mergui, mais votre manière de traiter les Juifs qui ne seraient pas conformes au modèle Harédi, en les faisant passer “par profits et pertes” est justement ce qu’un tenant de la pérennité du Judaïsme ne peut pas accepter. Votre modèle : une poignée de Juifs ultra-orthodoxes qui tiennent la Communauté et “au diable” les autres est le même que celui des agitateurs de Bné Braq ou de Bet Chemech.

    Le Judaïsme français s’est doté d’institution qui ont pour vocation de fonctionner de manière pérenne, pour que chaque Juif, fût-il un “Juif de Kippour” et même un “Juif de la Néila de Kippour” puisse trouver sa place le jour où il revient vers sa Communauté. Ce n’est pas de la “tolérance” (avec ou sans mauvais jeu de mots), Benjamin, c’est l’essence même du Judaïsme. Et si celui dont vous vous faites le porte-parole et le défenseur pense comme vous, il est urgent qu’il quitte le Consistoire et retourne dans une Communauté où on ne lit pas J Forum, mais Yated Neeman.

  2. Je suis très choqué par le titre raccoleur de votre article qui ne fait que reproduire une lettre ouverte de membres du Consistoire dissidents emmenés par l’aigri Moïse Cohen qui a beaucoup de mal à travestir son esprit revanchard.
    En fait la question est assez simple et existe depuis des siècles…. et ce n’est pas en lui donnant le nom de “tolérance” (Pagnol disait qu’il y avait des maisons pour cela) que l’on va avancer !
    Faut-il être juif puis français ou l’inverse ?
    Messieurs les signataires, vous vous fourvoyez et Mergui emmène le judaïsme français dans la bonne direction car les laissés pour compte que vous décrivez sont déjà ailleurs depuis bien longtemps.
    Le plus triste dans cette histoire, c’est que votre site leur offre une tribune un peu trop complaisante, car il n’y a pas grand chose là dedans hormis de tristes ambitions de personnes, qui aux mêmes fonctions quelques années plus tôt ont fait preuve de bien plus de despotisme que ce qu’ils décrivent !

  3. Je ne peux pas laisser dire que Joel Mergui est élu “haut la main”. Joel Mergui passe ses jours et ses nuits à manoeuvrer, et tout dans ce qu’il fait est borderline, c’est à dire, systématiquement un peu au delà des limites acceptables :
    – Il manoeuvre des cotisations de membres de certaines communautés pour attribuer plus de voix à ses électeurs, ou pour invalider des électeurs dans des communautés qui ne lui sont pas favorables
    – Pendant la campagne, il use de son pouvoir de nuisance pour faire prendre des décisions inacceptables par la Commission électorale, décisions qui handicapent ses concurrents (censure des documents électoraux, présence quasi permanente dans le bureau du responsable de l’organisation des élections, blocage pour des détails insignifiants, comme des photos, juste pour fatiguer les concurrents, validation des documents la veille du délai d’impression, …)
    – Ses militants ne respectent pas toujours les règles électorales (présence dans les bureaux de vote, intimidations, campagne au delà des délais officiels, …)

    Quant à son pedigree : Joel est né dans une bonne famille de Meknes … Bien. Veut-on nous dire que nous sommes mal nés ? Qu’est-ce que vous voulez dire, Monsieur ? Que nous sommes mal nés, nous, et que nous n’aurions pas le droit de nous exprimer ? Croyez vous que ce soit une manière juive de nous parler ?

    Joel est qui il est. Ce que je conteste, c’est ce qu’il fait là où il est. Et je confirme que ce que j’ai vu de ses manoeuvres déshonorantes pour le consistoire et pour le judaisme me persuade qu’il n’y a pas de solution interne au consistoire. La seule solution se trouve à l’extérieur : que les juifs de bon sens, qui ont pris la poudre d’escampette parce qu’ils ont été écoeurés, reviennent et reprennent possession de cette institution qui n’appartient pas à Joel Mergui.

    Quant à l’album photo qu’il nous envoie chaque semaine, il est à mes yeux très révélateur : le but de ce harcèlement photographique est de nous convaincre d’une chose incroyable, que lui-même a visiblement du mal à croire, Joel Mergui est bien à un endroit où il n’a rien à faire, parce qu’il se fiche complètement du devenir des juifs de France. Mais il ne rève pas, et nous non plus : il y est, et les photos sont la pour nous en convaincre. Quant à l’intérêt de ces reportages mégalos, pour nous les juifs, c’est Zéro ! Si Joel Mergui accordait de l’importance à l’intérêt de la communauté, il ferait un peu moins sa promotion personnelle, et un peu plus son travail (j’ai des exemples vécus).

    Enfin, sa fonction lui INTERDIT de s’opposer au Grand Rabbin, et encore moins de prolonger le mandat du Grand Rabbin précédent, au-delà de ce que les électeurs ont décidé. Ceci prouve s’il le fallait que Joel Mergui se fiche complètement de cette institution. Il y est pour lui et pour ses amis. Voilà pourquoi je suis persuadé maintenant qu’il n’y a pas de solution interne au Consistoire.

    Basta !

  4. Moi ce qui me fatigue, c’est que les plaintes sont anonymes.

    Les plaignants anonymes ont sans doute raison de s’inquieter, que peut on faire?

    Premierement il faut prendre au serieux les plaintes et reproches, meme anoymes et demander publiquement aux personnes visees ce qu’ils en disent et verifier leur dire.
    Cela encouragerait les plaignants a le faire et eclairerait les autres de ce qui se passe ou peut se passer, tout en avisant les peronnes visees a faire attention a ce qu’ils font.

    Je ne peux faire aucun commentaire sur les reproches eux memes ne connaissant pas la situation exacte sauf ce qui est ci-dessus.

    Pour le lecteur qui se plaint de ce que les administrateurs ne lui ressemblent pas, il n’est rien d’autre que ce qu’il craint de devenir soit un assimile, Moi non plus je ne m’habille pas en noir, mais cela me rassure de savoir que d’autres le font. Lui aussi en se plaignant de l’etat des lieux et autres chose contribue a corriger la situation.

    Les hommes a chapeau sont ceux qui ont dedie leur vie au judaisme , les autres juifs comme moi …. devraient peut etre acheter des chapeaux .

    Mais cela c’est une autre histoire.

    Bonne chance a tous.

  5. {{Réponse à M. Abitbol}}

    Ce que vous écrivez est faux pour au moins 3 raisons :

    Qui a rendu publique cette lettre ?
    Il était loisible aux signataires de la courageuse lettre qu’ils ont adressée à Joël Mergui d’écrire “une lettre ouverte”, publique. Ils ne l’ont pas fait. C’est vraisemblablement quelqu’un, dirons-nous, de “moins courageux”, non signataire mais destinataire de ladite lettre qui l’a rendue publique.

    Et quand bien même ! “Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt” dit le proverbe et c’est exactement l’erreur que vous commettez. Tous les systèmes qui ne fonctionnent pas dans l’éthique et la transparence envoient des moralisateurs pour stigmatiser ceux qui les contestent. Etes-vous un de ces agents d’intimidation ?

    M. Mergui a-t-il été élu comme vous l’écrivez “Haut La Main” à l’ACIP ?
    Là encore c’est faux, c’est Dov Zerah qui a été élu Président de l’ACIP en 2009 et c’est suite à sa démission que, par carence, les membres du Conseil ont choisi Joël Mergui qui avait pourtant fait la promesse de ne pas cumuler les deux présidences !

    Vous écrivez : “Je ne crois pas une seule seconde que Joël MERGUI soit un ultra-orthodoxe HAREDI.”
    C’est pourtant ce qu’il a écrit noir sur blanc dans Yated Neeman. Peut-être écrit-il n’importe quoi dans sa volonté démagogique de plaire à tout le monde, mais est-ce que cela vous rassure ? Nous pas !!!

    Enfin, cessez de nous casser les pieds avec qui était honorable ou pas à Meknès ou à Tataouine-les- Bains. La Communauté juive de France n’est jamais en mal de créer des associations qui servent à donner des Présidences. Créez “Le Mouvement des Médecins Meknassis Merguistes” et nommez Joël, Président-à-vie. Ca l’occupera à plein temps. Et que dans l’intervalle, il dégage de toutes les autres fonctions qu’il a tendance à gérer, à en croire les auteurs de la lettre, de manière quelque peu autocratique.

    {{Chavoua Tov. Bravo aux auteurs de la lettre et à JForum}}

    Emmanuel Rosenberg

  6. Cher monsieur,

    Une technique de refus de débat sur le fond est l’attaque “ad hominem”. Comme on refuse de discuter sur le fond et sur les faits, on attaque la personne, ou sa façon de faire.

    J’ai deux questions :

    – contestez-vous les pratiques dénoncées par la lettre ? Par exemple : est-il exact que les compte-rendus de séances du conseil soient publiés des mois après, soient censurés des remarques et commentaires, et non approuvés lors de la réunion suivante ?
    Ce fait est simple à vérifier. Et s’il est avéré que cette pratique soit exacte, voici ma deuxième question :

    – comment justifiez-vous le non respect d’un commandement (le “faux témoignage”) ?

    Une autre technique est un très long texte à peu près incompréhensible… Il est donc possible que je n’ai pas suivi toute votre pensée.

  7. D’abord MERCI à ces trois dirigeants d’avoir osé protester face à la pression et au risque de sanction.

    Le silence face à des dirigeants incompétents, égotiques, et destructeurs, est une complicité condamnable. Dans le judaïsme, être « JUSTE » est la qualité première de tout homme juif et de toute femme juive, ceux qui ont signé cette lettre le sont.

    Publiquement, sur ce blog, ou autrement, disons-leur merci.

    Des pratiques véreuses :
    – s’opposer au Grand Rabbin de France au lieu de le servir
    – être pro-Haredi
    – censurer des comptes-rendus des séances du conseil

    Et si vous êtes scandalisé comme je le suis,
    a)partout où vous croiserez M Joël Mergui dites-le lui
    b)faites circuler cette information

  8. Ce Mail s’adresse à Monsieur Moïse COHEN et aux cosignataires de la Lettre adressée au Président Joël MERGUI

    Je considère que ce courrier n’aurait jamais dû paraître sur un site Internet. Si les règles de fonctionnement du Consistoire ne sont pas respectées par Telle ou Telle personne membre du Consistoire, une instance réglementaire chargée de faire respecter les règles , us et coutumes de fonctionnement doit rappeler à l’ordre les personnes ou la personne qui ne respecte(nt) pas la ou les règles mais cela ne doit pas être portée sur la place publique qui plus est sur internet. La communauté Juive est diverse. Il n’est pas facile de faire accepter cette diversité à tout le monde. Je suis particulièrement fier que La Communauté Juive de France ait comme Grand Rabbin Le Rabbin Gilles BERNHEIM. C’est un Juif d’une très grande stature Intellectuelle et Morale qui n’ouvre pas la bouche pour dire n’importe quoi et qui ne prend pas sa plume pour écrire n’importe quoi. Pour Les Chelochim du grand Rabbin David MESSAS ‘ZAL’, il a prononcé un éloge particulièrement émouvant du grand Rabbin de Paris. Que si peu de temps après cette immense Perte, Les Signataires de la lettre infâmante et ignoble de Meur Moïse Cohen se soient exprimés sur Internet est particulièrement choquant. Le Dr Joël MERGUI est issu d’une famille très honorable de Meknès au Maroc. J’ai été son condisciple au CHU Necker-Enfants Malades à Paris et au Talmud Torah de MEKNES. Ses parents ont été instituteurs de L’alliance Israëlite Universelle. Il a suivi l’enseignement de L’Ecole Maïmonide quand Le Très Grand Emmanuel LEVINAS la dirigeait. C’est un juif traditionnel non sectaire soucieux du développement spirituel de la Communauté Juive de France dans le respect de la tradition et soucieux de l’approfondissement des liens entre La FRANCE et ISRAËL. Que ses fonctions de Médecin et ses fonctions consistoriales soient difficiles à mener de front tout le monde en est conscient. Il a été élu Haut La Main au consistoire de Paris et au Consistoire de France. Les réflexions des auteurs de cette Lettre seraient tout à fait acceptables si la lettre n’avait pas été rendues publiques. Si Il y a un différent entre Le Grand Rabbin Gilles BERNHEIM et le Président Joël MERGUI , il doit être réglé entre eux et cela ne regarde qu’eux. ils ont le devoir de s’entendre en cette période de grands dangers dans notre pays la France, de Grands Dangers pour Nos Frères et Soeurs Israëliens qui se déchirent alors qu’une menace existentielle pèse sur l’état d’Isreaël, et dans le Monde de façon plus générale. Je ne crois pas une seule seconde que Joël MERGUI soit un ultra-orthodoxe HAREDI. je suis persuadé que comme le grand Rabbin Gilles BERNHEIM ils ont de graves urgences à résoudre: arrêter l’Hémorragie des Mariages Mixtes; Faire en sorte que les Juifs Toutes Tendances Confondues intériorisent massivement le Judaïsme pas seulement en tant que Religion mais en Tant que Culture au sens large et fassent de L’Hébreu leur Première Langue après Français. il ne faudrait pas que Ben Yéhoudah ait travaillé en Vain, La pluparent des Juifs et juives de France ne comprennent pas les prières qu’ils ou elles prononcent car ils et elles ne connaissent pas l’Hébreu……..alors que chaque année il pourrait y a voir un prix Nobel de Littérature de Langue Hébraïque. Les liens entre communautés Juives doivent être renforcés. Les Ecoles Juives Confessionnelles ou non doivent se multiplier. Il va de Soi que la culture Juive a un Socle fondamental qui est la Religion Juive. c’est un devoir pour Tout Juif de la connaître qu’il soit pratiquant ou non. Il ne s’agit pas de préserver La Culture Juive au détriment de la Religion Juive: Il faut développer les deux avec L’Ecole de HILLEL en figure de PROUX; avec MAÏMONIDE, ABRAHAM JOSHUAH HESCHEL , LE RAV SOLOVEITCHIK en FIGURES DE PROUX , avec AMOS OZ , ABRAHAM YEOSHOUAH AARON APPELFELD, AVEC DAVID SHAHAR (HELAS DECEDE) AVEC DAVID GROSSMANN Avec NAHMAN BIALIK récemment Traduit en français Par Arianne BEN DAVID avec une ouverture sur les communautés Juives Européennes Et américaines aussi.

    Je forme le Voeu ardent que le Grand Rabbin Gilles BERNHEIM et joêl MERGUI si ils ont des différents les règles hors des feux de la rampe des Médias et d’InternetEt Se mettent d’accord sur une plateforme d’Action commune qui n’oublie pas La Pauvreté qui s’Accroît ; qui mette l’Accent sur l’ardente obligation de l’Unité , du respect de la diversité, de la Tolérance………..qui ne soit pas le laxisme.

    Le temps n’est pas à la discorde mais au CHALOM . la guerre des Juifs a abouti à la destruction du temple. Le Grand rabbin et le Président doivent délimiter le champ de leurs prérogatives respectives et agir de Concert dans la même direction.

    Nous sommes dans une périodes de Très Graves Dangers. L’UNITE, LA FRATERNITE SONT DE RIGUEUR ce qui ne signifie que le débat interne soit aboli…………

    MAIS LES LETTRES OUVERTES SUR INTERNET CONSTITUENT UN AFFAIBLISSEMENT DE L’AUTORITE DU GRAND RABBIN ET DU PRESIDENT DU CONSISTOIRE ET FAVORISENT LA DESGGREGATION DE LA COMMUNAUTE JUIVE DE FRANCE

    Chabat Chalom

    Mordekhaï Abitbol

  9. “Maquée par le ministère des finances.”

    Une corbeille posée sur la table, deux poufiasses à l’accueil, le genre euh… grandes, maigres, bottes de 80 centimètres, maquillage noir sur les lèvres et commissures vers le bas, à vincennes comme à montevideo déjà depuis longtemps, il faudra bientôt payer pour entrer ! 🙂

  10. Je cite un extrait de l’article :

    “Le meilleur exemple demeure la situation de pourrissement qui prévaut à Vincennes, situation sur laquelle certains de nos collègues vous ont alerté en vain et dont les conséquences vous seront imputables.”

    – Quelqu’un aurait il des infos sur ce qui se passe à Vincennes ? Parce qu’effectivement l’ambiance y est particulièrement détestable. A vincennes, on ne se regarde pas, on se toise. Un peu comme montevideo, pour ceux qui connaissent. On dirait que la syna est maquée par le ministère des finances.

  11. – Nous avons impérativement besoin d’un consistoire qui soit orthodoxe et ouvert sur le monde.

    – Oui ! C’est vrai qu’on peut être à la fois orthodoxe et ouvert sur le monde 🙂 Y a qu’à voir combien les orthodoxes sont intéressés par les progrès scientifiques !

  12. Je suis allé au consistoire pour récuperer un document. C’était une PORCHERIE, et je pèse mes mots. Des bouts pains rassis mêlés à des reste de nourriture sur les bureaux, en plein milieu des piles de dossiers.

    J’ai été reçu par des responsables à l’hygiene douteuse et bien loin des préoccupations de la grande majorité des juifs de france.

    – La cacherout n’est pas l’un des éléments de la propreté, C’EST la propreté. C’est cacher ? Oui ? Donc c’est propre. C’est peut être pour ça que le consistoire ressemble à une porcherie ! Autant que l’intérieur des appartements de certains pratiquants.

    Mes enfants sont Juifs mais ce n’est pas ce peuple là que je veux leur montrer. Je leur montre le vrai, celui qui travaille dans la société civile, le créatif, l’entrepreneur, le professeur, le plombier, le sportif, le soldat,

    – Et pour se faire nous ne mettons plus les pieds dans nos institutions car les juifs sont ailleurs ….

    – Eh oui… vous n’êtes pas le seul. Je n’y vais plus non plus. Et je ne me sens absolument pas concerné par nos institutions et par nos rassemblements. Ca veut dire qu’il y aura encore des cohen avec des têtes de chinois ! C’est… le résultat du prêche de nos élites.

  13. – Je suis allé au consistoire pour récuperer un document. C’était une PORCHERIE, et je pèse mes mots. Des bouts pains rassis mêlés à des reste de nourriture sur les bureaux, en plein milieu des piles de dossiers.
    – J’ai été reçu par des responsables à l’hygiene douteuse et bien loin des préoccupations de la grande majorité des juifs de france.

    – La cacherout n’est pas l’un des éléments de la propreté, C’EST la propreté. C’est cacher ? Oui ? Donc c’est propre. C’est peut être pour ça que le consistoire ressemble à une porcherie ! Autant que l’intérieur des appartements de certains pratiquants…

    – Mes enfants sont Juifs mais ce n’est pas ce peuple là que je veux leur montrer. Je leur montre le vrai, celui qui travaille dans la société civile, le créatif, l’entrepreneur, le professeur, le plombier, le sportif, le soldat,
    – Et pour se faire nous ne mettons plus les pieds dans nos institutions car les juifs sont ailleurs ….

    – Eh oui… vous n’êtes pas le seul. Je n’y vais plus non plus. Et je ne me sens absolument pas concerné par nos institutions et par nos rassemblements. Ca veut dire qu’il y aura encore des cohen avec des têtes de chinois ! C’est… le résultat du prêche de nos élites.

  14. Pour les membres qui sont fatigués des instances nationales,, conflits Hygiène ect….VENEZ à TROYES nous aider à maintenir{{ {{ {{ la flamme et le souvenir de RACHI}} }} }}, cet illustre ancètre est le commentateur de la Bible et du Talmud pour le monde entier, il n’est pas juste que la petite communauté que nous sommes, soit seule à sauver son souvenir dans sa ville, malgrè les aides de la mairie et du CAT.

    Allez dans http://www.rachisyna3.fr vous comprendrez les efforts journaliers qu’une équipe de quelques personnes déploient pour assurer le salaire d’un rabbin et maintenir une synagogue TRES PROPRE, des bureaux des salles de réunion T Thora, en état de propreté sans faille. Troyes- Paris 150 kms 1h30 en train 1h45 autoroute < . on vous attends la cacherout est assuré par INTERMARCHE ' gondoles . שבת שלום William Gozlan rachisyna@me.com 06 59 67 42 27 Baroukh Abba

    WILLIAM GOZLAN CO/Président ACI et Président du Centre Culturel Rachi TROYES 5 rue Brunneval

  15. Cette situation se passe dans pratiquement toutes les communautés, surtout celles ou il y a encore une intégration moins évidente ente Sefaradi et Ashkenaz.
    Normalement, les dirigents qui se mantiennent au pouvoir sont ceux qui travaillent, qui ont des contactes et exercent une influence ‘politique’. Néanmoins il me semble évident qu’il faudra suvre la voie ortodoxe.

  16. Je fais partie de ces centaines de milliers de juifs Français attachés à leur peuple mais qui préfèrent fréquenter des ” Goyim” que des MEN IN BLACK. Comment pourraient on être représentés par des gens qui ne nous ressemblent pas?

    Comment les juifs français pourraient ne pas s’assimiler puisque l’homme fonctionne par identitification ou ” mimetisme”. Avez vous envie de ressembler à ces types dont la garde robe se limite à un costume noir une chemise blanche et un chapeau? Nous n’avons pas envie que nos enfants soient des Barbus.

    Je suis allé au consistoire pour récuperer un document. C’était une PORCHERIE, et je pèse mes mots.
    Des bouts pains rassis mêlés à des reste de nourriture sur les bureaux, en plein milieu des piles de dossiers.

    J’ai été reçu par des responsables à l’hygiene douteuse et bien loin des préoccupations de la grande majorité des juifs de france.

    Mes enfants sont Juifs mais ce n’est pas ce peuple là que je veux leur montrer.
    Je leur montre le vrai, celui qui travaille dans la société civile, le créatif, l’entrepreneur, le professeur, le plombier, le sportif, le soldat,

    Et pour se faire nous ne mettons plus les pieds dans nos institutions car les juifs sont ailleurs ….

  17. Je fais partie de ces centaines de milliers de juifs Français attachés à leur peuple mais qui préfèrent fréquenter des ” Goyim” que des MEN IN BLACK. Comment pourraient on être représentés par des gens qui ne nous ressemblent pas?

    Comment les juifs français pourraient ne pas s’assimiler puisque l’homme fonctionne par identitification ou ” mimetisme”. Avez vous envie de ressembler à ces types dont la garde robe se limite à un costume noir une chemise blanche et un chapeau? Nous n’avons pas envie que nos enfants soient des Barbus.

    Je suis allé au consistoire pour récuperer un document. C’était une PORCHERIE, et je pèse mes mots.
    Des bouts pains rassis mêlés à des reste de nourriture sur les bureaux, en plein milieu des piles de dossiers.

    J’ai été reçu par des responsables à l’hygiene douteuse et bien loin des préoccupations de la grande majorité des juifs de france.

    Mes enfants sont Juifs mais ce n’est pas ce peuple là que je veux leur montrer.
    Je leur montre le vrai, celui qui travaille dans la société civile, le créatif, l’entrepreneur, le professeur, le plombier, le sportif, le soldat,

    Et pour se faire nous ne mettons plus les pieds dans nos institutions car les juifs sont ailleurs ….

  18. Nous avons impérativement besoin d’un consistoire qui soit orthodoxe et ouvert sur le monde. Il doit être un pont, et donner une image volorisante de notre religion, aussi bien auprès de tous nos coreligionnaires que du monde goy au milieu du quel nous vivons. Le Grand Rabbin Bernheim oeuvre dans cette direction, et je lui en suis reconnaissant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here