Des partis kurdes de Syrie réunis en Irak pour régler leurs désaccords

0
8

Des représentants des Kurdes syriens
étaient réunis mardi au Kurdistan irakien pour tenter d’aplanir leurs
différends et présenter un front uni à la conférence de paix sur la Syrie
prévue en janvier, a annoncé un responsable. Les deux principaux groupes kurdes de Syrie — le Conseil du peuple du
Kurdistan-Occidental (CPKO) et le Conseil national kurde (CNK) — sont en
désaccord depuis que le premier a annoncé, sans l’accord du second, la
création d’une administration autonome de transition dans les zones à majorité
kurdes du nord-est du pays.

La mésentente a provoqué la fermeture de la frontière entre le Kurdistan
irakien
, une région autonome qui soutient le CNK, et les régions syriennes
sous contrôle kurde.
Le CNK est membre de la Coalition nationale syrienne, le groupe
d’opposition au président syrien Bachar al-Assad. Il a accusé le Parti de
l’union démocratique (PUD), principal groupe armé kurde et force la plus
importante au sein du CPKO, de liens avec le régime.

Le PUD veut une région kurde autonome dans le cadre d’une Syrie fédérale,
ce à quoi s’oppose la Coalition nationale.
“Les réunions des partis kurdes débutent aujourd’hui mardi à Erbil”, la
capitale du Kurdistan irakien, a annoncé à l’AFP un membre du CNK, Bahajat
Bashir.

“Ces réunions sont destinées à unifier la maison kurde et sa (position)
politique (…) et à préparer la réunion de Genève, pour que la participation
kurde y soit forte”, a expliqué M. Bashir à propos de la conférence prévue à
Montreux (Suisse) entre les différents acteurs du conflit syrien.

Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a reçu lundi des
délégations des partis, en les exhortant, selon son site internet, à présenter
une position kurde unique lors de la conférence qui doit s’ouvrir le 22
janvier.
Depuis mars 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 126.000 morts selon
une ONG, et des millions de réfugiés et déplacés selon l’ONU.
Les zones kurdes sont longtemps restées relativement calmes, avant que des
heurts éclatent cette année entre les milices kurdes et des combattants
jihadistes, poussant des dizaines de milliers de Kurdes syriens à trouver
refuge au Kurdistan irakien.

ERBIL (Irak), 17 déc 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here