Des militantes saoudiennes appellent les femmes à prendre le volant

0
11

De plus en plus de femmes bravent l’interdiction de conduireDe plus en plus de femmes prennent le volant dans le royaume saoudien, bravant l’interdiction de conduire que des militantes entendent défier par une action collective le 26 octobre, selon des témoignages.

Une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux montre une femme au volant de sa voiture dans les rues de Ryad, que d’autres automobilistes encouragent en levant le pouce en l’air.

Sur une autre vidéo apparaît une femme qui, au volant d’une voiture, annonce avoir décidé pour la première fois d’aller chercher ses enfants à l’école.

Une militante, Kholoud al-Fahd, a déclaré à l’AFP que plusieurs jeunes filles se mettent désormais au volant de leur voiture sans se faire filmer.

J’en ai vu une hier à Khobar (est). Cela est devenu presque acceptable et ne suscite plus de rejet comme auparavant, a-t-elle ajouté.

Des habitants, interrogés par l’AFP, ont indiqué que la présence d’automobilistes femmes était devenue fréquente notamment à Jeddah, la capitale économique du pays, une ville plus ouverte socialement que d’autres régions du royaume ultra-conservateur.

Des militantes saoudiennes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre dans le cadre d’une campagne lancée sur les réseaux sociaux. L’Arabie est le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire.

Les militantes affirment que le fait de conduire ne contrevient pas à la charia, la loi islamique invoquée dans les milieux conservateurs partisans de l’interdiction.

Mardi, trois femmes membres du Majlis al-Choura, le conseil consultatif du royaume, ont déposé une recommandation pour une levée de l’interdiction de conduire faite aux femmes.

L’une d’elles, Me Latifa Chaalane, a expliqué qu’il n’y a pas de loi qui interdise à la femme de conduire. C’est une question de tradition, a-t-elle dit.

Mais le Majlis n’a pas retenu cette recommandation, lors d’un débat jeudi sur les activités du ministère du Transport, a rapporté l’agence officielle Spa.

La recommandation, présentée lors du débat par l’un de ses trois auteurs, ne relève pas des compétences du ministère du Transport, a déclaré le porte-parole du Majlis, Mohamed Ben Abdallah al-Mohanna, cité par Spa.

Le Majlis al-Choura, dont les 150 membres sont nommés par le roi, n’a pas le droit de légiférer et se contente de conseiller le gouvernement sur les politiques générales du pays.

Mais c’est la première fois que des femmes, parmi les 30 Saoudiennes ayant fait leur entrée en février au Majlis, entreprennent une action officielle auprès de cette instance pour défendre le droit de la femme à conduire.

L’Arabie saoudite applique une version rigoriste de l’islam. Les femmes doivent sortir voilées et ne peuvent pas voyager sans être accompagnées d’un membre masculin de leur famille.

10-10-2013/AFP

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here