Connaître le Pape François, à travers le regard de son ami Rabbin

0
7

Pour le Pape et son ami rabbin, c’est un devoir de dépasser les limites de chaque communauté.

Abraham Skorka, le coauteur d’un livre avec le Pape François 1er, atteste de l’engagement total du Pontife envers le Peuple Juif.

NEW YORK (AP) — C’était en septembre, à une période où il n’est pas facile, pour un Juif religieux, de voyager. Le mois juif de Tichri se terminait, par un Marathon de jours saints (Yom Tov). Il aurait besoin de vin casher. Il devrait pouvoir réciter les berakhot sanctifiant le Shabbat et ces jours particuliers. Le Rabbin Skorka a, heureusement, un ami disposant d’un hôtel, qui a pu lui organiser des repas cashers et dire « Amen! » à chacune des prières du Rabbin. Skorka évoque, chaque fois, ce séjour, dans les interviews qu’il donne et ses rencontres avec des groupes juifs, pour deux bonnes raisons :

cet hôtel se trouve au cœur du Vatican et cet ami s’appelle le Pape François .

“Il m’a invité à partager sa table pour les trois repas quotidiens. Il m’a dit : « Tu dois t’asseoir ici ! »– s’asseoir à sa droite », rappelle Skorka, dans une récente interview à New York. « Je lui ai dit : « Ecoutes, je dois dire le Kiddoush ». Je devais dire les bénédictions pour la fête et pour le Shabbat, avant que le repas ne soit servi. Il me disait, chaque fois : « Fais ce que tu dois faire ».

Skorka – recteur du Séminaire Rabbinique Latino-américain de Buenos-Aires, qui entretient des liens avec le Séminaire de Théologie juive de New-York – se trouve dans la position a priori improbable d’être parmi les meilleurs amis du Pape. Quand François était encore le Cardinal Jorge Bergoglio, l’archevêque de Buenos-Aires, Skorka et lui ont coécrit un livre de dialogues entre le Judaïsme et le Catholicisme romain, intitulé : « Sur Terre et dans les Cieux », ainsi qu’une émission de Télé appelée : « La Bible, un dialogue pour aujourd’hui » où ils déclamaient des prières de la liturgie de l’un et de l’autre.

Bergoglio conserve une photo encadrée de tous deux à l’intérieur de son cabinet papal. Dans la synagogue de Skorka, le Rabbin expose le manuscrit du salut adressé par le Cardinal à la communauté, lors d’une de ses visites pour Rosh Hashana.

“Il y a, par-dessus tout, un profond respect l’un pour l’autre”, confie Skorka. « Son engagement envers le peuple juif est total ».

Chacun des deux hommes se sent en devoir d’aller bien au-delà des limites de sa propre communauté.


Le Pape François 1er, le 13 mars, 2013. (photo credit: AP/Gregorio Borgia)

Bergoglio, 76 ans, a grandi au milieu d’amis juifs. Les Juifs ont fui vers l’Argentine en nombre significatif, au début du 20 ème siècle, pour échapper aux persécutions en Russie, en Allemagne et dans les pays de l’Est. Skorka rappelle que Bergoglio a toujours été intarissable dans la lutte contre l’antisémitisme, en le fustigeant, sans cesse, comme une violation de l’enseignement chrétien. L’un des évènements que le Cardinal considérait comme le plus important de son calendrier annuel était l’office à la Cathédrale Métropolitaine de Buenos-Aires qui prône l’harmonie religieuse, le jour de la commémoration de la Nuit de Cristal, durant les émeutes violentes de 1938, en Allemagne, considérées comme le point de départ de la Shoah.

Skorka affirme que le Pape est tellement à son aise avec la culture juive que, quand il commande des repas à l’hôtel du Vatican, de façon à s’assurer que le Rabbin se verra uniquement offrir des repas cashers, François plaisante en disant qu’il est le “mashgiach” personnel du Rabbin, un terme hébreu particulier pour parler du maître d’hôtel dans un restaurant ou de l’intendant, qui supervise la conformité avec les règles diététiques halakhiques »>Article original juives.

Lorsqu’il était enfant, rappelle Skorka, son père lui racontait à quel point les Juifs ont été persécutés au cours des siècles, y compris, un certain nombre de fois, par l’Eglise catholique, mais il insistait aussi sur les liens privilégiés entre le Judaïsme et le Christianisme : « Tu dois te souvenir que Jésus était Juif », se remémore Skorka de ce que lui disait son père.

Skorka s’est, plus tard, tourné vers Abraham Joshua Heschel, en le considérant comme un héros. Heschel, l’un des penseurs juifs les plus importants du 20ème Siècle, a été un pionnier des relations et de la coopération entre Juifs et Chrétiens. Il a négocié avec les cardinaux et le Pape Paul VI, les termes de la rédaction de « Nostra Aetate », la déclaration qui a transformé le dogme, lors du Second Concile Vatican 2, des années 1960, quand l’eglise catholique s’est, ainsi, démarquée des siècles d’enseignement chrétien du mépris, disant que les Juifs étaient coupables de la mort du Christ. Quand Skorka, qui a maintenant 63 ans, a commencé à officier en tant que Rabbin, au sein du mouvement juif traditionnaliste, un prêtre l’a invité à participer au dialogue judéo-chrétien, et son propre travail interconfessionnel a sérieusement commencé.

Skorka ne se souvient plus précisément quand ses conversations avec Bergoglio ont débuté, mais les deux hommes en sont venus à se connaître, au cours d’évènements religieux de leur ville. Skorka écrivait des articles sur des sujets interconfessionnels pour un journal que lisait le cardinal. De personne à personne, ils se seraient apostrophés pour savoir quelle équipe de football devait l’emporter le Club Atlético Boca Juniors et le Club Atlético River Plate/Rio de la Plata sont parmi les plus célèbres d’Argentine et se rencontrent chaque année pour se disputer le Derby de la ville »>Article original. Mais, plus que cela, Skorka raconte qu’ils étaient unis par une même tentative de rapprocher des gens qui s’étaient écartés de leur propre religion et, s’étaient mis à adorer ce que le Rabbin appelle les « idoles » de l’argent, du pouvoir et du sexe. L’athéisme croissant touche autant l’Eglise catholique que les communautés juives d’Amérique Latine. L’Eglise a, également, perdu de nombreux fidèles au profit des mouvements pentecôtistes très populaires sur ce continent.


Le Rabbin Abraham Skorka 2013. (photo credit: AP/Tina Fineberg)

“Lorsqu’il parle d’évangélisation, son projet est d’évangéliser les Chrétiens ou les Catholiques « afin d’atteindre de plus hautes dimensions de la foi et un engagement plus approfondi vers la Justice sociale », explique Skorka. « Telle est l’idée d’évangélisation sur laquelle insiste Bergoglio, et il ne s’agit pas du tout d’évangéliser les Juifs. C’est ce qu’il a su me rappeler, en plusieurs occasions ».

En février dernier, lorsque le Pape Benoît XVI a choqué le monde en démissionnant, Skorka dit qu’il a immédiatement confié à sa femme : « C’est Jorge Mario qui sera le prochain Pape ». Skorka avait lu les comptes-rendus du conclave de 2005, ayant élu Benoît, qui rapportait que, déjà, Bergoglio avait été un challenger très proche de devenir l’élu.

“Quand je l’ai vu se présenter au balcon, dans sa soutane blanche… l’émotion a été très forte”. Se rappelle Skorka. Le Rabbin s’est, bien sûr, demander ce qu’il adviendrait de leur amitié. Les jours passaient sans aucune nouvelle de la part de François, bien que le Pape ait déjà commencé à envoyer ces coups de téléphone informels du Vatican, qui ont tellement défrayé la chronique.

Mais, juste avant l’intronisation du nouveau pontife, en mars, le téléphone de Skorka s’est soudain mis à sonner. C’était le Pape. « Il m’a demandé de l’excuser : « Ecoutes, je suis venu ici à Rome et, depuis, ils ne me laissent plus rentrer à Buenos-Aires », a-t-il dit à Skorka. « On s’est mis à parler ensemble et, brusquement, je me suis dit : « mais, c’est bien lui le Pape ! » C’était totalement incroyable pour moi.

François a donné une adresse e-mail, que Skorka pouvait utiliser, pour qu’ils restent en contact, et, depuis, ils échangent des messages toutes les semaines ou tous les dix jours.

Et c’est ainsi que Skorka a fini par être l’hôte, durant plusieurs jours, en septembre dernier, de la Casa Santa Marta, l’hôtel que François a choisi pour qu’il puisse élire domicile, de façon à ce qu’il ne se sente pas trop isolé au sein du Palais Apostolique.

Skorka décrit l’étude du Pape comme remplie de papiers sur des chaises et de livres sur le parquet (« ne vous imaginez pas que tout soit impeccablement ordonné ! » dit le Rabbin en riant). Un des livres qui lui étaient envoyés était rédigé par le théologien dissident Hans Kung : « On se tenait très près l’un de l’autre, pour tâcher d’en lire la dédicace », raconte Skorka. « Quelque chose comme : « Vous avez déjà tellement fait, mais le monde attend de vous que vous continuiez à faire tellement d’autres choses toutes aussi importantes ».

Le Rabbin explique que le Pape est bien conscient que certains milieux conservateurs religieux, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Eglise, se sentent déstabilisés par son approche des problèmes. François a déclaré que les dirigeants catholiques ont dispersé les fidèles en évoquant trop les problèmes sociaux qui divisent, tels que l’avortement ou le mariage homosexuel. Le Pape a laissé tomber quelques-uns des privilèges régaliens de la papauté. Il utilise une Ford Focus, au lieu des voitures prestigieuses dont dispose la flotte du Vatican et ne porte que les vêtements les plus élémentaires.


Le Rabbin Abraham Skorka au séminaire théologique juif de New York, le 30 Octobre 2013 (photo credit: AP/Tina Fineberg)

“Il subit des critiques très acerbes, de la part de ceux qui n’aiment pas voir un pape sans chaussures rouges vernies, ni un pape qui s’adresse aux gens dans un langage très simple et direct, un pape qui transmettra au peuple qu’il se sent proche de lui, quand il interpelle les gens par des plaisanteries, ou des mots ordinaires, des expressions courantes. Ces critiques qu’il subit n’ont rien de vraiment nouveau pour lui. Il faisait déjà l’objet de ce genre de pressions et d’autres, durant son mandat comme archevêque de Buenos-Aires, aussi sait-il exactement comment il faut y répondre. C’est un homme de très fort tempérament et il continuera à être tel qu’il est ».

Les dirigeants juifs, au même moment, sont en extase, devant cette amitié qui lie le rabbin et le pape. Le Pape polonais Jean-Paul II s’est attiré une gratitude immense, de la part des associations juives, pour sa façon de conduire le développement des relations judéo-chrétiennes. Benoît a, également, fait de la proximité avec les Juifs une priorité. Mais, de l’avis de la plupart des grands leaders juifs, c’est le premier pape à être personnellement impliqué auprès des Juifs, avant même qu’il ne soit élu.

“Pour le Pape François, cela fait juste partie de sa vie. Il était régulièrement présent à la Shule synagogue »>Article original » rappelle le Rabbin Noam Marans, directeur des relations inter-religieuses de la Commission Juive Américaine, un groupe de défense politique, localisé à New-York. « C’est une intimité qui repose sur l’expérience, le vécu ».

Cette relation se distingue aussi particulièrement des autres, pour beaucoup de Juifs, à cause de là où elle a commencé. Jeffrey Lesser, un historien de l’Université Emory, spécialiste de l’Amérique Latine, a dit que les Juifs, principalement ceux des Etats-Unis, perçoivent traditionnellement l’Argentine comme un pays particulièrement antisémite », même si les Juifs d’Argentine, au nombre de plus de 200. 000, se sont avérés capables de s’imposer dans le pays comme des meneurs, dans l’éducation, l’enseignement, certains postes gouvernementaux et dans bien d’autres domaines.

Skorka a indiqué que les deux hommes projettent de se revoir en janvier, quand il est prévu que François rencontre à Rome les dirigeants juifs d’Argentine. Et le Rabbin espère accompagner le Pontife s’il se rend bien en Israël et dans les territoires palestiniens, l’an prochain, un séjour qui est, actuellement, envisagé.

Skorka a signalé qu’il espère prier avec le Pape, face au Kotel (« Mur Occidental”) à Jérusalem, l’endroit le plus saint où les Juifs peuvent prier, et à Bethléhem, « afin de montrer au monde que c’est possible ».

PAR RACHEL ZOLL 22 Novembre 2013, 6:14 am

Copyright 2013 The Associated Press.

timesofisrael.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here