Christianisme et islam ?

0
21

Les statistiques de Pewforum permettent de relativiser l’idée reçue que l’islam serait la religion définitivement dominante et conquérante dans le monde.

Il est toujours périlleux de travailler sur des statistiques religieuses car elles se heurtent souvent à des problèmes de fiabilité. De ce point de vue, l’enquête réalisée par le think-tank américain Pewforum est sérieuse: elle est fondée sur une compilation de résultats issus de 2400 instituts statistiques dans le

Réfléchir en ce jour de Noël – toujours pas célébré en commun par ces deux milliards de chrétiens, en raison d’une différence de calendrier chez les orthodoxes – permet de saisir le poids réel, religieux, culturel, social et politique de cette religion dans le monde.

Et peut-être de relativiser l’idée reçue et l’impression – fausse – que l’islam serait la religion définitivement dominante et conquérante dans le monde. Il ne s’agit pas de nourrir la dialectique du choc inéluctable entre ces deux civilisations mais de voir précisément où sont les vrais enjeux.

Car ces chiffres sont très éclairants sur la comparaison christianisme-islam. Il apparaît en effet que la confrontation annoncée est déjà jouée, à la défaveur du christianisme, au Proche-Orient et dans le nord de l’Afrique. Même si le développement des évangéliques protestants est remarquable en Algérie et plus souterrainement en certains pays comme l’Iran. Souvent au prix d’un héroïsme inouï puisque les lois d’État, inspirées de près ou de loin par l’islam, interdisent au prix du bannissement et de la mort la conversion au christianisme.

Confrontation en Afrique

Il apparaît aussi que cette confrontation est en partie jouée en Europe occidentale où l’islam est durablement installé, à hauteur de 6% de la population européenne, et où il devrait croître de seulement 2% dans les 20 années qui viennent (selon une autre étude publiée par ce même institut en janvier dernier). En partie jouée parce que le rapport de forces entre la civilisation d’inspiration chrétienne européenne et le mode de vie musulman est déjà nettement visible et, somme toute, assez prévisible. Il ne pourra pas remettre en cause un équilibre général établi sur une double culture, chrétienne et issue des Lumières.

En revanche, c’est en Afrique subsaharienne et en partie en Asie que cette confrontation va se produire, sur une base essentiellement démographique. Mais là, rien n’est joué, tant le dynamisme des chrétiens évangéliques n’a pas fini de réserver des surprises.

Jean-Marie Guénois

Le Figaro.fr

***

Un tiers de l’humanité est chrétienne

Une étude américaine met en évidence le tassement du christianisme occidentalet son expansion dans les pays du Sud. Il demeure de loin la première religion mondiale.

Le christianisme est de loin la première religion du monde. Il regroupe dans ses trois grandes confessions (catholique, orthodoxe et protestante) 2,184 milliards d’individus, soit plus d’un tiers de l’humanité, 31,7% précisément. L’islam arrive en seconde position, avec 1,619 milliard de fidèles, soit un peu moins d’un quart de la population mondiale qui est de 7 milliards. Mais l’un des intérêts majeurs de l’étude publiée cette semaine à Washington par The Pew Forum on Religion & Public Life, un centre de recherche américain, est de démontrer que, sur un siècle, la population chrétienne a certes triplé – au rythme d’ailleurs de la population mondiale -, mais elle a surtout opéré un glissement démographique vers le Sud.

S’il y a encore aujourd’hui 69% de chrétiens dans le Nord (selon le découpage particulier de cette enquête: Amérique du Nord, Europe, Australie, Japon et Nouvelle-Zélande), ils sont maintenant 23,5% dans le Sud (entendez le reste du monde). Mais en 1910 les chrétiens n’étaient que 9,2% dans cette zone Sud du monde et 86,7% dans la zone Nord.

Une dynamique qui va se confirmer au fil des décennies à venir même si la notion de christianisme, qui inclut l’orthodoxie russe et les mouvements évangéliques également en expansion en Europe, gardera toujours sa forte assise dans ce que cette étude appelle «le Nord».

Cette Europe où vivent 26% des chrétiens quand 37% résident sur le continent américain, 13% en Asie et dans le Pacifique et… 24% en Afrique subsaharienne. Mais c’est sur le continent africain que se joue une large part de la dynamique du futur, notamment vis-à-vis de l’islam (lire ci-dessous). En 1910, l’Afrique subsaharienne comptait 9% de chrétiens, ils sont huit fois plus un siècle plus tard, soit 63% de la population! Aucune autre région du monde n’a connu une telle expansion. À titre de comparaison, les chrétiens en Asie sont passés de 3 à 7% sur cette même période.

Divisions

De même il est remarquable d’observer que les terres qui ont vu naître et se développer le christianisme pendant les deux premiers siècles de l’ère chrétienne, le Proche-Orient et la Turquie mais aussi l’Afrique du Nord, sont aujourd’hui les zones du monde où cette religion est la moins représentée à l’exception de certaines zones d’Asie. On compte en effet sur cet arc Est et Sud méditerranéen environ 13 millions de chrétiens, soit moins de 4% de la population. Et il est à prévoir que cette proportion diminue encore en raison de la situation politique peu favorable, le cas irakien est emblématique, et de la forte pression de l’islamisme. Il y a en revanche plus de chrétiens en Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, que dans toute cette zone du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord…

Seulement 10% des chrétiens dans le monde vivent d’ailleurs en situation de minoritaires. Mais l’écrasante majorité, 9 sur 10, vit des situations de majoritaires dans 158 pays. Vu sous un autre angle, ce tiers chrétien de la population mondiale est majoritaire sur les deux tiers des pays et territoires du monde.

Mais cette notion de majorité chrétienne, soulignée par l’enquête, reste très théorique tant cette religion est divisée en confessions qui ne parviennent pas à s’entendre.

Les catholiques, avec 1 milliard et 100 millions de fidèles selon cette source, représentent la moitié des chrétiens du monde quand les protestants, toutes dénominations confondues forment 37% et les orthodoxes 12%. Mais le glissement progressif vers le Sud du christianisme offre des surprises étonnantes comme celle de voir par exemple le Nigeria compter aujourd’hui deux fois plus de protestants que… l’Allemagne, qui est pourtant la terre de naissance de cette confession fondée par Martin Luther.

Autre paradoxe mis en évidence dans cette passionnante enquête disponible en anglais sur le site www.pewforum.org, le fait que le Brésil compte maintenant deux fois plus de catholiques que l’Italie même si chaque année une partie des 134 millions de catholiques brésiliens, 67% de la population, rejoint les Églises évangéliques.

Jean-Marie Guénois

Le Figaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here