Ces 14 français entrainés par Al Quaïda

0
10

Une dizaine de Français figurent parmi les 30 à 40 Européens entraînés par Al-Qaïda dans la zone pakistano-afghane, selon plusieurs notes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.

Quatorze français selon le Figaro .Une dizaine de Français figurent parmi les 30 à 40 Européens entraînés par Al-Qaïda dans la zone pakistano-afghane, selon plusieurs notes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.

Ces islamistes français seraient exactement au nombre de 14, selon le Figaro, qui cite « quatre notes » de la DCRI en sa possession et ces ressortissants, signalés à la frontière pakistano-afghane en 2010, seraient prêts à mener des actions « terroristes ».

Cette dernière affirmation n’a pas été commentée par les sources proches du dossier.

Toutefois, fait remarquer un ancien haut fonctionnaire de ces services, « quand on sait que des gens identifiés et logés préparent quelque chose, on va les chercher ».

Les notes citées par Le Figaro font également état de prêches jihadistes dans plusieurs mosquées d’Île-de-France, depuis le début de la révolution tunisienne.

« Au total, ce sont quelques dizaines d’Européens qui sont partis combattre dans ces zones, des Français, mais aussi des Belges et des Italiens, dont les noms sont connus de longue date », avait précisé à l’AFP une source sécuritaire française, après l’interpellation d’un homme présumé en faire partie, Ryad Hennouni, début octobre en Italie.

Le retour de jihadistes est effectivement « le principal sujet d’inquiétudes » des services de sécurité français, selon un acteur de l’antiterrorisme.

Outre le risque d’attentats immédiats, les Français redoutent que les capacités d’organisation de ces combattants aguerris ne leur permettent de fédérer et de rendre opérationnels des groupes informels pour l’heure atomisés, ajoute cette source.

Les Français concernés ne sont « pas tous » rentrés en France, avait-on souligné de mêmes sources fin 2010, certains étant incarcérés à l’étranger, d’autres portés disparus.

Ceux s’entraînant dans les fiefs talibans et d’Al-Qaïda au Pakistan, représentent un flux modeste mais difficile à contrôler, estiment des responsables de la sécurité pakistanais.

Une responsable de Washington avait relevé en octobre dernier à Luxembourg que l’Europe était sous la menace d' »attaques terroristes » notamment en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, par des citoyens européens de retour du Pakistan.

« Ils sont difficiles à détecter, ils ont des passeports européens », avait alors renchéri Gilles de Kerchove, coordonnateur de la lutte contre le terrorisme de l’UE.

Toutefois, si les responsables de la sécurité pakistanaise et les diplomates évaluent à 2.000 à 4.000 le nombre des combattants « étrangers » (arabes et d’Asie centrale essentiellement), tous assurent que les Occidentaux sont assez peu nombreux.

« Entre 70 et 80 insurgés venus d’Europe, d’Australie et d’Amérique », assure le plus pessimiste, un responsable du renseignement à Peshawar.

« Une vingtaine peut-être », selon un de ses pairs à Islamabad.

07/02/2012

d’après Le Point.fr/AFP

http://www.lepoint.fr/societe/une-dizaine-de-francais-entraines-au-jihad-a-la-frontiere-pakistano-afghane-07-02-2011-136459_23.php

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here