CEREMONIES DE YOM HAZIKARON:

    0
    16

    Hommage national
    Par LAHAV HARKOV Le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le ministre de la Défense Ehoud Barak ont pris la parole à l’occasion de Yom Hazikaron, lundi.

    Netanyahou a prononcé un discours lors de la cérémonie officielle organisée au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem.

    Le président Shimon Peres, le président de la Knesset, Reouven Rivlin, et la présidente de la Cour suprême, Dorit Beinisch, étaient également présents.

    Le Premier ministre a commencé son allocution par une histoire personnelle. Il s’est souvenu de deux jeunes soldats qui servaient à ses côtés dans les rangs de l’unité militaire d’élite Sayeret Matkal. “Zohar Link était un beau jeune homme, très charismatique. Il était conseiller du mouvement de jeunesse Hashomer Hatzaïr, il jouait de l’harmonica, aimait la photographie et la nature. Qui sait ce qu’il serait devenu, avec une telle personnalité ? David Ben Herno, lui, était intelligent et séduisant. Il était très athlétique, curieux, sensible et modeste. Il m’a captivé dès le moment où je l’ai rencontré. Il avait un brillant avenir devant lui”, a raconté Netanyahou.

    Link et Ben-Herno ont tous les deux été blessés alors qu’ils préparaient une opération militaire. “Je les ai accompagnés dans la voiture qui nous transportait vers l’hôpital Tel Hashomer. Je serrais David aussi fort que je le pouvais. Il est mort dans mes bras avant d’arriver à l’hôpital. Zohar est mort peu de temps après. Je n’oublierai jamais ces instants.

    Le chef du gouvernement a également évoqué le souvenir de son frère Yoni, tué pendant l’opération d’Entebbe en 1975. Une fois, j’ai vu ma mère, Tzila, assise dans un fauteuil, le regard dans le vide. Je lui ai alors demandé : ‘A quoi penses-tu ?’ Elle a répondu : ‘Je pense à Yoni, mon Yonalé… Je n’ai que de bons souvenirs de lui.'”

    “Réaliser les rêves des défunts”

    Le Premier ministre Binyamin Netanyahou est venu, sur le mont Herzl, réconforter les familles endeuillées et louer les mérites des soldats tombés pour Israël. “Aujourd’hui, la nation entière embrasse tous les pères et mères, les frères et sœurs, les fils et filles et les femmes endeuillés par une perte trop lourde à porter”, a déclaré le chef du gouvernement. “Notre consolation est de suivre le chemin de nos êtres chers, et de réaliser leurs rêves… Nous sommes une nation qui veut la paix. Notre main est tendue vers la paix. Mais l’autre reste posée sur le glaive de David, pour protéger notre nation contre ceux qui cherchent à nous nuire.”

    Ehoud Barak, lui, a pris la parole au cimetière militaire de Kiriyat Shaoul, dans le nord de Tel-Aviv. “Nous nous tenons ici aujourd’hui, devant cette longue rangée de tombes, pour que cette nation vive longtemps sur ces terres”, a déclaré le ministre. “Il y a seulement quelques instants, les sirènes ont retenti à travers le pays. Un son glaçant comme celui du shofar, faisant écho au commandement de nos cœurs de ne jamais oublier nos soldats tombés au combat… 22 684 morts. C’est le prix nécessaire que nous ne voulions pourtant pas payer. Le prix de la souveraineté sur Israël. Un Etat n’est jamais obtenu sur un plateau et la liberté n’est jamais obtenue que par ceux qui sont prêts à la défendre”, a-t-il poursuivi.

    Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky, a dirigé une cérémonie en l’honneur des 200 Juifs tués par des attaques antisémites à travers le monde, depuis l’établissement de l’Etat d’Israël. “Nos ennemis comprennent que notre force vient de Tsahal et de l’identification du peuple juif, dans son ensemble, à l’Etat d’Israël”, a annoncé Sharansky. “Nos ennemis ne nous attaquent pas uniquement à Jérusalem et à Tel-Aviv, mais aussi en Argentine, en France, en Angleterre et à Bombay.”

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here