Bal tragique à Vienne: 0 juif

0
31

TRIBUNE:La présence de Marine Le Pen lors d’un bal organisé par nostalgiques du IIIème Reich démontre que le Front National n’a pas changé.Le 27 janvier est la journée commémorant la libération, en 1945, du camp d’extermination d’Auschwitz. La semaine dernière, Marine Le Pen, bien loin de la séduction qu’elle tente d’exercer à l’endroit de la communauté juive française, ne se recueillait pas sur la mémoire des victimes de la Shoah.

Que cela soit un hasard de calendrier ou une provocation comme l’extrême droite les adore, les faits sont cruels: le 27 janvier 2012, à quelques semaines d’une élection présidentielle où elle avait pour ambition de se présenter comme intacte de tout soupçon d’antisémitisme, elle virevoltait à Vienne dans un bal organisé par les nostalgiques du IIIème Reich, et plus précisément par Olympia, une corporation (1) d’extrême droite qui a la sympathique particularité d’être fermée aux Juifs et aux femmes. Face à la dénonciation par SOS Racisme de cette ignominie, Marine Le Pen, comme a son habitude, a tonné, dénoncé, menacé. Une énième plainte était d’ailleurs annoncée et connaitra sans doute le sort de toutes les annonces précédentes puisque, à ce jour, aucune plainte du FN à l’endroit de SOS Racisme n’a jamais été déposée.

Il faut dire que Jean-Marie Le Pen ne rend pas la tâche facile à sa fille (un petit syndrome de Cronos mangeant ses enfants?). Quelques heures après l’éclatement du scandale, il expliqua que ce bal, c’était «Strauss sans Kahn». Un calembour à l’antisémitisme lourdaud que Marine Le Pen a rangé dans le rayon «humour» mais qui donne la coloration de ce qu’est cette soirée que Jean-Marie Le Pen connait bien pour y avoir déjà participé. Et un calembour qui montre qu’au FN, l’antisémitisme est toujours prêt à ressurgir au moment le plus inattendu.

Antisémitisme

A cet égard, les efforts de la fille pour se laver du soupçon d’antisémitisme viennent de se fracasser comme se fracassèrent ceux de son père. Il est en effet un épisode trop méconnu de la carrière de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier effectua en 1986 une tournée aux Etats-Unis où il se montra aux côtés de Ronald Reagan (Jean-Marie Le Pen, admiratif de l’ultralibéralisme de Reagan, se présentait comme le «Reagan français», bien loin des très récents accents antilibéraux du FN).

Il profita également de cette tournée pour rencontrer plusieurs membres de la communauté juive américaine. L’objectif était clair: acquérir une stature internationale mais aussi -et surtout- se laver de l’accusation d’antisémitisme. Quelques mois plus tard, cette tentative échoua spectaculairement lorsque Jean-Marie Le Pen qualifia les chambres à gaz de la Seconde guerre mondiale de «détail» de l’Histoire, à l’occasion de son passage au Grand Jury RTL-Le Monde du 13 septembre 1987.

Le parallèle avec Marine Le Pen est saisissant. Depuis plusieurs mois, avec une complaisance médiatique dont ne bénéficia guère son père à l’époque, elle se démenait comme une diablesse pour laver son parti de ces tenaces accusations d’antisémitisme.

Tentative il est vrai grossière quand on regarde son entourage politique et professionnel, composé d’individus à l’antisémitisme avéré. Frédéric Chatillon, son communicant, est un ancien employé d’une librairie négationniste, admirateur de Mussolini, fervent soutien de Bachar El-Assad qu’il estime injustement déstabilisé par le «lobby sioniste» qui serait à l’origine des manifestations populaires en cours contre son régime! Emmanuel Leroy, qui participe activement à la rédaction de ses discours, se rendit en 2007 au White Forum à Moscou, forum qui réunissait des pro-Aryens, des néo-nazis ainsi que David Duke, un ancien chef du Ku Klux Klan.

Tentative dont la grossièreté apparait d’autant plus en analysant les propos de Marine Le Pen sur la seconde Guerre mondiale. Elle y montre une grande difficulté à dénoncer le génocide dont furent victimes les Juifs, cherchant à donner l’impression de condamner mais sans jamais nommer les choses.
Tentative dont la grossièreté ne pouvait être ignorée à l’issue de son premier meeting de campagne à Metz, le 11 décembre 2011. A cette occasion, elle fit en effet siffler les noms de Georges-Marc Benamou et de Bernard Henri-Lévy, sur la foi d’un article de 1985 qui lui permit de les ranger dans la catégorie des ennemis de la Patrie. La thématique du Juif ennemi de l’intérieur faisait bondir journalistes, politiques et intellectuels lorsque son père l’activait. Avec Marine Le Pen, comme en un long aveuglement volontaire, l’évènement fut rarement relevé et, à ma connaissance, pas une seule fois décrypté.

La tentative de Marine Le Pen vient donc d’échouer par sa participation à un bal qui, pensait-elle, ne serait que le moment de détente de son périple autrichien. Mais là où son père jouait au matamore en endossant, une fois démasqué, le rôle de l’affreux, la fille adopte une autre stratégie. Assoiffée de pouvoir, elle éructe face aux échecs de sa tentative.

Docteur Folamour

Mais ce bal était-il à ce point immonde? Oui, sans aucune hésitation. Ne serait-ce que par ses organisateurs, la corporation Olympia. Fermée aux Juifs et aux femmes, cette corporation est, selon le centre autrichien d’archives et de documentation sur la résistance (DÖW), une organisation néonazie, pangermaniste, antisémite et négationniste, dont on comprendra qu’elle n’invite guère de Juifs à son bal. A titre d’illustration, Olympia organisa en 2005 une conférence autour du négationniste britannique David Irving (qui déclarait dans les années 1990 qu’Adolf Hitler était le plus grand ami des Juifs puisque, grâce à lui, ces derniers avaient désormais un Etat: Israël).

En outre, pour une illustration tout aussi sympathique, la structure qui coiffe l’ensemble des corporations d’extrême-droite -dont Olympia- proposa en 1987 que le prix Nobel de la Paix fut décerné à Rudolf Hess. Ce dernier, qui venait de décéder dans sa prison en Allemagne, était un des principaux dignitaires du IIIème Reich et un des principaux rédacteurs des lois raciales de Nüremberg. A la fin des années 1990, ces orientations amenèrent le ministère de l’Intérieur autrichien à indiquer, dans un rapport officiel, que ces corporations développaient une «idéologie d’extrême-droite habilement dissimulée» et qu’elles avaient pour «volonté de faire accepter d’une certaine façon, par des chemins détournés, l’idéologie national-socialiste».

Ce bal est également immonde par les invités européens qui le fréquentent année après année: des membres du Jobbik (2), du Vlaams Belang (3), d’Ataka (4) etc.

Il l’est en outre par les personnes qui invitèrent Marine Le Pen à y participer: Martin Graf et Heinz-Christian Strache. Martin Graf est membre du parti d’extrême-droite FPÖ et vice-président du Parlement autrichien (au grand dam de la communauté juive d’Autriche).

Ses accointances avec les milieux néonazis ne pouvaient être ignorés de Marine Le Pen. En effet, Martin Graf est membre de la corporation Olympia qu’il refusa de quitter malgré le scandale que cette affiliation provoqua en Autriche. Quant à Heinz-Christian Strache, leader du FPÖ, il rendait un hommage appuyé début janvier à Otto Scrinzi qui venait de décéder. Homme politique d’extrême-droite, ancien élu et dirigeant du FPÖ, Scrinzi fut membre du parti national-socialiste et des SA et, durant la guerre, assistant à l’Institut de biologie génétique et raciale à l’université d’Innsbrück.

C’est en réalité ce caractère immonde qui rendit ce bal «célèbre», non parce qu’il était prestigieux comme Marine Le Pen a péniblement tenté de le faire croire, mais parce qu’il est le plus décrié. Un bal tellement sulfureux qu’il est le seul dans lequel les militaires ont l’interdiction de s’y présenter en tenue, sous peine de sanctions disciplinaires. Ce bal viennois est d’ailleurs à ce point immonde qu’il se tenait cette année pour la dernière fois dans le Palais impérial d’Hofburg, la société gérant la location de ces espaces ne désirant plus endosser la responsabilité de permettre la tenue d’une soirée qui rencontre une résistance croissante de la société civile autrichienne.

Du FN du père à celui de la fille, se dédouaner de l’antisémitisme est donc une affaire purement stratégique. Et pour cause: le FN, malgré un relookage médiatique permis par le remplacement de Jean-Marie Le Pen par Marine Le Pen à sa tête, est un parti dont la matrice reste fondamentalement la haine raciste et antisémite. Malgré tous ses efforts, Marine Le Pen, frappée par l’atavisme de la haine, sera toujours soumise aux mêmes maux que le Docteur Folamour. Ce personnage de Kubrick, ancien nazi qui peinait à empêcher son bras droit de faire le salut nazi, était un personnage comique. Madame Le Pen n’a pas réussi à retenir son bras. Et là, ça n’a plus rien de drôle…

(1) Les corporations d’extrême droite n’ont rien d’organisations étudiantes au sens où on l’entend communément en France. On entre dans ces corporations pendant ses années étudiantes mais on peut y rester toute sa vie. Le bal incriminé n’est donc pas un bal étudiant.

(2) Parti hongrois violemment antisémite et anti-roms. Entre autres sorties des membres de ce parti, Kristina Morvai, députée européenne du Jobbik, déclara en juin 2009 que les « soi-disant juifs hongrois fiers devraient retourner jouer avec leur petite queue circoncise ». A l’automne 2011, les milices fascistes de ce parti terrorisèrent les populations roms en organisant des manifestations dans de nombreuses villes du pays.

(3) Parti belge d’extrême droite à l’idéologie très anti-immigrée et prônant la sécession de la Flandre.

Dominique Sopo président de SOS Racisme

liberation.fr Article original

1 COMMENT

  1. Bizarre, l’Association des Citoyens Juifs de France est dans le Comité de soutien de MLP. Lalou, je me demande qui est aveuglé par la haine? J’aime mon pays et je ne laisserai pas les mondialistes détruirent cette nation. Les français souffrent, nos gouvernants nous laissent tomber. Les français réflèchissent et ressentent qui les défendra le mieux. Je ne veux pas voir, dans mon pays, ce qui se passe en Grèce.

  2. mais oui mais oui.
    Vous vendrez vos peres méres fréres et soeurs pour suivre la fille Lepen.
    Le même qui a negacionait.
    Faut croire que les juifs ont la memoire courte.
    Pret à voter pour la fille hitler ? ben c’est pareil.

    Enfin il n’est pas donné de refléchir à tout le monde.
    Vous etes aveuglé par la haine et bizarrement cette haine n’est pas destiné à ceux qui ont le plus fait de mal à notre communauté.

  3. Elle s’est rendue à Vienne pour aller chercher les signatures qui lui manquent . Elle continuera à danser et les élections passeront sans elle . Je l’espère .

  4. Mensonge,désinformation, contröler vos sources SVP.
    SOS racisme aime répandre des rumeurs. Proche de la gauche, payez par nos impôts. Assez de la pensée unique. Le peuple s’informe maintenant, il ne croit plus les élites et les personnes qui profitent du systhème.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here