Amman soutient les exigences israéliennes sur la Vallée du Jourdain.

0
8

On s’attend à ce qu’Israël se coordonne avec son voisin afin de convaincre les Etats-Unis d’accepter la présence de Tsahal à long terme, selon certains reportages.


Une vue de la Vallée du Jourdain (photo credit: CC-BY heatkernel, Flickr/)

La Jordanie est en train de faire pression sur les Etats-Unis pour qu’ils soutiennent la position d’Israël qu’il a besoin de maintenir une présence sécuritaire dans la Vallée du Jourdain, dans le cadre de tout accord avec les Palestiniens.

On s’attend à ce qu’Israël se coordonne avec Amman pour véhiculer le message à bon port, cette semaine, à l’intention des Américains – particulièrement pour le Secrétaire d’Etat John Kerry, qui se trouvait, jeudi, dans la région, afin d’y mener des discussions avec les responsables israéliens et palestiniens – consistant à dire que maintenir Tsahal sur les rives du Jourdain est crucial pour la stabilité régionale, affirme un reportage de ce jeudi dans le Ma’ariv.

Kerry a atteri en Israel dans la nuit de mercredi et rencontré le Premier Ministre Binyamin Netanyahu, jeudi matin. Selon des responsables américains, Kerry emmène avec lui un plan sécuritaire pour la « Bande Occidentale » de Judée-Samarie/Cisjordanie, qu’il a l’intention de présenter, au cours de ses rencontres avec les dirigeants israéliens et palestiniens, cette semaine. Israël insiste pour garder une présence de Tsahal sur la frontière israélo-jordanienne, qui offre à ce pays étroit, sur le plan géographique, une certaine profondeur stratégique et des moyens d’alerte précoce à sa frontière de l’Est, et qui rejette une proposition américaine de mettre une force internationale à cet endroit.
Un responsable israélien de haut-rang a confié au Ma’ariv que Netanyahu est déterminé à finir de construire une barrière de sécurité le long de la frontière avec la Jordanie, un geste qu’Amman considère comme important pour sa propre sécurité, autant qu’Israël s’inquiète de la prolifération d’armes, à travers la Jordanie, en direction d’un futur Etat palestinien, sur lequel Jérusalem insiste pour qu’il demeure démilitarisé.

En référence à l’exigence d’Israël de maintenir une zone de sécurité dans la Vallée du Jourdain, Netanyahu a déclaré, au cours d’une session de la Knesset, en octobre, que les négociateurs “ devront convaincre les Palestiniens d’ajuster leurs exigences aux circonstances qui nous entourent”.

Israël doit maintenir une présence sécuritaire dans la Vallée du Jourdain « comme, précisément, Yitzhak Rabin insistait sur ce point », a affirmé Netanyahu devant la Knesset, lors d’une session spéciale, marquant le 18 ème anniversaire de l’assassinat du premier Ministre. « Ce qui était vital à l’époque, l’est encore plus, aujourd’hui, étant donné l’élévation du niveau d’extrémisme islamique et la prise de contrôle par l’Iran de territoires que nous avons rétrocédé, dans la zone de sécurité du Sud-Liban et à Gaza ».
Les négotiateurs israéliens ont offert, en Octobre de transférer la souveraineté de la Vallée du Jourdain à l’Autorité Palestinienne, qui, en échange, la louerait à Israël. Les Représentants palestiniens ont, purement et simplement, refusé cette offre.

Quelques heures avant l’arrivée de Kerry, mercredi, l’ancien négociateur palestinien Mohamed Ishtayeh a déclaré que des écarts substantiels rendent impossible un accord entre Israël et les Palestiniens. Ishtayeh, un aide de camp important du Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a démissionné de l’équipe de négociation palestinienne, il y a un mois, à la suite de l’annonce de constructions dans les implantations, en dénonçant le fait que la médiation américaine était « déséquilibrée » en faveur d’Israël.

Tout en faisant remarquer qu’il n’exprimait que sa vision personnlele, Ishtayeh a exhorté les autres puissances mondiales à se joindre aux pourparlers alors que Kerry préparait son retour dans la région, pour tenter de sauver des négociations devenant problématiques.
Under heavy US pressure, peace talks between Israel and the Palestinians resumed in July after a three-year hiatus. Although they have continued out of the media spotlight, reports have mounted that the two sides have reached an impasse.

Sous une lourde pression américaine, les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens ont repris en juillet, après une situation de hiatus de plus de trois ans. Bien qu’elles se soient poursuivies sous les projecteurs des médias, les reportages ont fait remonter l’information que les deux camps débouchaient sur une nouvelle impasse

PAR LAZAR BERMAN 5 Décembre 2013, 11:58 am 13

timesofisrael.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here