Alliance lance la grève générale des PV

0
12

Ce syndicat de gardiens incite ses troupes à ne plus verbaliser jusqu’à nouvel ordre. Il proteste notamment contre la diminution d’une prime de risque que Mitterrand avait inscrit dans le calcul de la retraite des agents.Deuxième force syndicale de la police nationale, Alliance (réputée proche de l’opposition) durcit le ton face au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. L’organisation appelle à une «grève générale des PV pour une durée indéterminée». En cause: la réduction partielle dans le budget 2014 d’une indemnité à laquelle les policiers sont très attachés, l’Indemnité de sujétion spéciale de police (ISSP), mais aussi la décision de reporter de neuf mois le paiement de la catégorie B pour les gradés et gardiens de la paix.

L’ISPP, sorte de prime de risque attribuée depuis des lustres aux agents, va être diminuée pour les élèves policiers, mais aussi les élèves gendarmes, qui peuvent difficilement se faire entendre, puisque la gendarmerie n’a pas de syndicats. Une économie de 12 millions d’euros. Cette décision fait donc bondir Jean-Claude Delage, le secrétaire général d’Alliance, car «elle frappe, selon lui, des élèves fonctionnaires et militaires qui sont déjà les moins payés».

À l’entendre, le gouvernement lâcherait là un «ballon d’essai», avant de généraliser la réduction aux autres membres des forces de l’ordre.
150 à 200 euros par mois en moins

Et pourtant, personne jusqu’alors n’avait osé toucher à ce symbole, si ce n’est pour revaloriser la prime. Sous François Mitterrand, celle-ci fut même intégrée pour le calcul de la retraite. Son montant total s’élève à 26% du traitement mensuel brut. Les élèves perdraient donc de 150 à 200 euros par mois. Mais des élèves courent-ils des «risques», à proprement parler?

Une chose est sûre: la grève illimitée des PV brandie par un syndicat pesant 38% des voix dans un corps aussi syndiqué que la police n’est pas anodine pour les caisses de l’État. D’autant que le patron d’Alliance vient d’écrire à ses collègues d’Unité-SGP-FO (majoritaire et réputé proche de la gauche) et de l’Unsa-police, pour qu’ils rejoignent le mouvement. Ces deux organisations avaient, en effet, protesté contre la diminution de la prime aux élèves en découvrant le budget 2014 de l’Intérieur, «mais au-delà de leurs communiqués, elles devraient maintenant s’associer à des actions concrètes», estime Jean-Claude Delage.

Des milliers de pétitionnaires

Le 5 septembre déjà, Alliance avait appelé à une «journée nationale sans PV», pour protester contre le projet de réforme pénale de Christiane Taubira. Un mouvement accompagné de signatures de pétitions par les usagers sur la voie publique. «Nous avons eu des milliers de signataires», assure le patron d’Alliance. La nouvelle grève des PV est lancée, dans les faits, depuis le 26 septembre, au lendemain de l’annonce des coupes budgétaires qui fâchent. «Et il ne fait que s’amplifier», assure Jean-Claude Delage.

Son syndicat a lancé une pétition auprès des policiers, adressé un courrier à l’ensemble des parlementaires et demandé une audience au premier ministre Jean Marc Ayrault pour qu’il revienne sur les décisions du ministre de l’Intérieur. Il y a peu de chance que Manuel Valls soit désavoué. Mais après la création d’une plateforme Internet de signalement des abus policiers qui passe très mal auprès de la base, cette affaire des primes pourrait bien écorner en interne l’image d’un ministre de l’Intérieur populaire dans les sondages d’opinion.

Le premier flic de France, lui, assume ces ajustements. Son cabinet rappelle qu’«au titre des mesures catégorielles, le ministre a fait débloquer 19 millions pour la gendarmerie et 29 millions pour la police». Le budget global de l’Intérieur pour 2014 est en légère hausse de 1%, à 21,6 milliards d’euros. L’ISPP et son rabotage de 12 millions d’euros demeure une goutte d’eau dans le flot budgétaire.

Jean-Marc Leclerc

04-10-2013/ Le Figaro.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here