Affaire Zeitouni : un des suspects mis en examen pour escroquerie

0
16

Un des deux Français soupçonnés d’être impliqués dans un accident de la route mortel en Israël a été mis en examen fin 2011 à Paris dans une affaire d’escroquerie, a annoncé à l’AFP une source judiciaire.

Eric Robic, 38 ans, a été mis en examen dans ce dossier d’escroquerie, une “vieille affaire d’achats de crevettes”, a-t-on ajouté sans plus de précision.

Contactée par l’AFP, l’avocate de M. Robic, Me Françoise Cotta, s’est refusée à tout commentaire.

Eric Robic et Claude Khayat, 32 ans, ont renversé avec leur 4X4 et tué Lee Zeitouni, une Israélienne de 25 ans, à Tel Aviv le 16 septembre. Les deux Français avaient regagné précipitamment la France dans les heures suivantes, suscitant un tollé en Israël.

La France n’extradant pas ses ressortissants hors Union européenne, ils sont au centre d’un imbroglio juridico-diplomatique: ils pourraient éventuellement être jugés en France mais il faudrait pour cela que la justice israélienne accepte de renoncer à les poursuivre elle-même.

“Nous pouvons les juger en France si Israël ou la famille de la victime en font la demande. Nous sommes déterminés à ce que justice soit faite”, a déclaré mardi l’ambassadeur de France en Israël Christophe Bigot, après une réunion avec des parlementaires israéliens.

L’épouse du président français, Carla Bruni-Sarkozy, a récemment écrit à la famille de la victime pour assurer que la France faisait le “maximum” pour que justice soit faite.

Les avocats des Français ont fait état fin décembre des “regrets” de leurs clients et indiqué que ces derniers souhaitaient être jugés en France, dénonçant un climat de “vindicte populaire exacerbée” en Israël.

Selon eux, les deux hommes sortaient de boîte de nuit au petit matin et roulaient “certainement” trop vite, quand ils ont renversé la jeune femme sur un passage protégé, sans lui porter secours.

Quelques heures plus tard, M. Khayat, présenté comme le conducteur, et M. Robic regagnaient la France où ils résident et travaillent, le premier comme commerçant, le second comme “agent commercial dans une société textile”, selon les avocats.

Le 30 décembre, Claude Khayat a été contrôlé en excès de vitesse, à 156 km/h, sur une autoroute du Var.

PARIS, 4 jan 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here