Affaire Merah : deux gardes à vue à Paris, deux autres à Toulouse

0
10

Quatre hommes ont été interpellés et placés en garde à vue mardi matin, dans le cadre de l’enquête sur les éventuelles complicités dont aurait bénéficié Mohammed Merah.
Deux ont été arrêtés à Toulouse et les deux autres à Paris.

Les interpellations ont été menées dans la matinée par la sous-direction antiterroriste et le SRPJ de Toulouse.

Dans le cadre de l’enquête, deux hommes sont mis en examen, le frère aîné du tueur au scooter, Abdelkader Merah, et plus récemment Mohamed Mounir Meskine, 25 ans, soupçonné d’avoir participé au vol du scooter utilisé par Merah pour commettre ses crimes.

Depuis plusieurs mois, d’autres personnes ont été interpellées dans l’entourage de Mohamed et d’Abdelkader Merah, principalement dans la région toulousaine, avant d’être relâchées.

Quatre hommes ont été interpellés et placés en garde à vue mardi matin, dans le cadre de l’enquête sur les éventuelles complicités dont aurait bénéficié Mohammed Merah.

Deux ont été arrêtés à Toulouse et les deux autres à Paris. Les interpellations ont été menées dans la matinée par la sous-direction antiterroriste et le SRPJ de Toulouse.

Dans le cadre de l’enquête, deux hommes sont mis en examen, le frère aîné du tueur au scooter, Abdelkader Merah, et plus récemment Mohamed Mounir Meskine, 25 ans, soupçonné d’avoir participé au vol du scooter utilisé par Merah pour commettre ses crimes.

Depuis plusieurs mois, d’autres personnes ont été interpellées dans l’entourage de Mohamed et d’Abdelkader Merah, principalement dans la région toulousaine, avant d’être relâchées.

Mohamed Mounir Meskine a été mis en examen, le 18 mai, pour vol en réunion en lien avec une entreprise terroriste et participation à une association de malfaiteurs terroriste.

Placé en détention provisoire, il sera entendu une nouvelle fois le 17 juin sur le fond du dossier par le juge antiterroriste Christophe Tessier, selon son avocat.

Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir été en compagnie des frères Merah pendant la journée du 6 mars 2012 et d’avoir pu prendre part ce jour-là au vol du scooter dont Mohamed Merah s’est servi pour perpétrer ses tueries.

Le Parisien.fr avec AFP Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here