Abbas rencontre Livni à Amman

0
11

Le président palestinien a affirmé aujourd’hui que le futur gouvernement transitoire de réconciliation serait tenu par les accords signés avec Israël, le choix de la paix et la renonciation à la violence, lors d’une rencontre à Amman avec la chef de l’opposition israélienne Tzipi Livni. « L’option de la paix et de la négociation est la seule voie pour parvenir à une solution à deux Etats sur les frontières de 1967 et résoudre toutes les questions du statut final », a déclaré le président Mahmoud Abbas lors de cet entretien, selon un communiqué de son bureau cité par l’agence officielle palestinienne WAFA.


Les discussions ont également porté sur l’accord de réconciliation entre son mouvement, le Fatah, et le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, Mahmoud Abbas précisant que le gouvernement transitoire prévu par cet accord « s’en tiendra à ses principes (de M. Abbas, NDLR), à savoir le respect des accords signés, le principe de deux Etats, et l’engagement au choix de la paix et à la renonciation à la violence », selon le texte. Tzipi Livni a appelé Mahmoud  Abbas à « revenir aux négociations avec le gouvernement d’Israël », en se déclarant opposée aux « mesures unilatérales », en référence aux démarches pour obtenir l’adhésion de la Palestine en tant que membre à part entière de l’ONU et de ses agences, selon un communiqué de son parti, le Kadima (centre). » Ne laissez pas le Hamas vous imposer son programme par la formation d’un gouvernement conjoint. Avec eux, vous n’avez aucune chance de paix+ », lui a-t-elle dit, selon le texte.



Mahmoud Abbas et le chef du Hamas, Khaled Mechaal, ont annoncé jeudi avoir conclu un « partenariat » lors d’un sommet au Caire pour finaliser la réconciliation palestinienne, en panne depuis plus de six mois. Ils ont approuvé un document qui prévoit de se « concentrer sur la résistance populaire pacifique » et entérine un « accord clair sur l’établissement d’un Etat palestinien sur les territoires occupés depuis 1967 », c’est-à-dire à côté et non à la place d’Israël, comme le prône le programme officiel du Hamas.

Le Figaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here