Abbas : quartier libre aux terroristes et négociations à reculons.

0
8

Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a décidé de faire dérailler les négociations avec Israël, juste après la libération du second contingent de détenus palestiniens, la semaine prochaine. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry tentera de surmonter la crise des pourparlers qu’il a réinstaurés, cette année, en cajolant le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu, quand ils se rencontreront à Rome, mercredi 23 octobre 2013, de façon à ce qu’ils fassent une offre qu’Abbas ne puisse pas refuser, en rognant la souveraineté de la terre d’Israël.

Les sources de Debkafile révèlent que Kerry songe à un vaste morceau du territoire et des eaux de la côte de la Mer Morte, équivalant à environ un tiers du territoire que possède Israël dans la région.

Le 28 Mai, dans un reportage exclusif, DEBKAfile a été le premier à dévoiler c e plan de Kerry en vue d’obtenir cette concession de la part d’Israël Article original dans l’accord final. Il pense, à présent, le mettre en avant, afin de dissuader Abbas de se retirer du processus de paix.

Mais le plan de jeu du dirigeant palestinien va bien au-delà de ce retrait éventuel, qui est, finalement, une mesure tactique pour laquelle il a déjà opté si souvent, auparavant. Il veut aussi mettre un terme à la coopération sécuritaire durable avec Israël, qui permet de contenir le terrorisme palestinien.

Cela correspond aux allusions à peine voilées du Ministre de la Défense Moshe Ya’alon, dans ses premières remarques, mardi 22 octobre, concernant les récentes attaques terroristes palestiniennes.

“Nous prenons gravement en considération cette vague d’incidents”>Article original. Cela doit être dû à l’atmosphère d’incitation générée par l’Autorité Palestinienne, aux récents évènements religieux et à d’autres causes – ou même, à une forme de contagion », a déclaré Ya’alon, ajoutant : « Il n’y a aucun signe de ce qu’on pourrait appeler un « soulèvement populaire », ou de ce que les Palestiniens appelleraient une « troisième Intifada ». Nous prenons chaque incident très au sérieux et nous tenons prêts à toute éventuelle escalade ».

Les sources militaires de Debkafile traduisent ainsi deux des termes les plus opaques employés par le Ministre :

1. Troisième Intifada : techniquement, son commentaire est justifié, lorsqu’il dément l’existence de signes clairs de son avènement, mais seulement, parce qu’il s’abstient de présenter le tableau global. Yasser Arafat a lancé sa seconde Intifada, il y a 13 ans, après une préparation minutieuse. Il avait, aussi, commencé par démanteler les conditions de la coopération sécuritaire, qui existait entre l’Autorité Palestinienne, Israël et les conseillers de l’armée américaine, qui contribuaient à son bon déroulement.

En 2013, Mahmoud Abbas marche dans les pas d’Arafat, en 2000.

Au cours des dernières semaines, les sources militaires de Debkafile ont rapporté que les Palestiniens de Ramallah s’en tiennent au cadre minimal prescrit de devoir travailler avec Israël, afin de combattre le terrorisme. Par le passé, les autorités sécuritaires et militaires auraient informé les services de sécurité palestiniens des faits et gestes de terroristes qu’ils soupçonnaient. Ils auraient alors été interrogés et l’information aurait été transmise à leurs homologues israéliens.

Actuellement, sur les ordres directs du Président de l’AP, Mahmoud Abbas, les suspects ne sont détenus que très brièvement, avant d’être relâchés sans même avoir été interrogés.

Abbas a, ainsi, adopté la bonne vieille méthode d’Arafat, dite de la « porte tournante ».

Les principaux cercles militaires opérant dans le domaine du contre-terrorisme disent toujours que détenir des suspects de terrorisme sans interrogatoire rend cette procédure totalement absurde. Les laisser bouger et agir sans les interroger sur leurs appartenances organisationnelles et les cellules secrètes auxquelles ils réfèrent, et sans mentionner ces informations à Tsahal, rend vide de sens la totalité du concept de coopération sécuritaire.

Les officiers de la sécurité palestinienne comprennent, à présent, que leur travail consiste à coopérer avec les terroristes – et pas du tout, avec Israël.

2. L’incitation de l’Autorité Palestinienne et les évènements religieux. Ya’alon parlait de la dernière campagne de pirouettes acrobatiques de Mahmoud Abbas, en matière de propagande, qui agite le spectre d’une conspiration israélienne, visant à prendre la contrôle du Mont du Temple et à détruire la Mosquée Al Aqsa.

Ce thème a toujours été très fécond, dans la façon incendiaire de jouer sur la corde sensible des masses musulmanes palestiniennes et de tirer le premier coup de semonce radical, en vue d’attentats contre des cibles juives et israéliennes. Arafat comprenait très bien tout cela, alors qu’il a dénommé sa campagne de quatre ans, alimentée par des attentats-suicide contre Israël, « l’Intifada Al Aqsa ». Le Ministre de la défense apprécie à sa juste mesure la fragilité de la situation créée par les attaques de supposés « loups solitaires » contre des soldats et des civils israéliens.

Il s’exprimait à Hébron, mardi, peu de temps après qu’une unité de Tsahal et du Shin Bet ait liquidé Mohamed Assi, 28 ans, le cerveau du Jihad Islamique qui a orchestré l’attentat à la bombe du 21 novembre 2012, contre un bus à Tel Aviv. Il a été tué en résistant à son arrestation, depuis sa cachette, dans une grotte du village de Bil’in, au nord de l’autoroute 443 vers Jérusalem. L’attentat à la bombe contre le bus, qui a fait 27 blessés, s’est déroulé très peu de temps après le terme trouvé à l’opération Nuée de Défense, qui s’est achevée par un cessez-le-feu.

Mohamed Assi a été conduit à rendre des comptes, juste le jour précédant la rencontre Netanyahu-Kerry à Rome. C’était une façon de rappeler aux Palestiniens, y compris et surtout à leurs dirigeants, que les forces de Défense d’Israël finissent toujours par retrouver les terroristes, qu’ils soient les tueurs exécutants ou leurs planificateurs, pour solde de tout compte.

DEBKAfile Reportage spécial 22 octobre 2013, 9:25 PM (IDT)

debka.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here