4 soldats israéliens blessés à la frontière libanaise

0
8

Tracée en juin 2000 par les Nations unies après le retrait de Tsahal du Sud-Liban, la Ligne bleue sépare Israël du pays du Cèdre. Même si cette dernière n’a pas fait l’objet d’un accord officiel entre les deux pays, il s’agit de facto de leur frontière commune.Cette Ligne bleue fait toujours l’objet d’une vive attention de la part deTsahal étant donné que sud du Liban est sous le contrôle du Hezbollah, la milice chiite libanaise proche alliée de l’Iran et du régime de Bachar el-Assad.

Selon les responsables israéliens, et malgré la présence des casques bleus de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), le Hezbollah, disposerait de plusieurs dizaines de milliers de roquettes et de missiles cachés dans cette partie du pays.

Dans ce contexte, 4 soldats israéliens ont été blessés, le 7 août, peu après miniuit (heure locale), par une explosion ayant eu lieu à proximité de cette Ligne bleue. Un porte-parole de Tsahal a confirmé cette information en indiquant que les militaires effectuaient des “activités nocturnes dans le secteur de la frontière libanaise lorsque” l’incident s’est produit, sans toutefois préciser si la patrouille en question se trouvait ou non en territoire israélien.

Or, pour l’armée libanaise, l’explosion a eu lieu sur son territoire. “Une patrouille d’infanterie de l’ennemi israélien a pénétré mercredi à 00H24 locales (mardi 21H24 GMT) de 400 m à l’intérieur du Liban dans la région de Labbouné. Une explosion s’est produite et des soldats (israéliens) ont été blessés car du sang a été retrouvé sur place”, a-t-elle affirmé dans un commnuiqué. Le texte précise qu’”une commission militaire a ouvert une enquête en coordination avec la Finul.”

Justement, un officier de la force des Nations unies a confié à l’AFP que la patrouille israélienne comptait 10 hommes et qu’elle s’était retirée après les explosions, sous la lumière de fusées éclarantes. Un journaliste de l’agence de presse a également indiqué avoir constaté que des fils barbelés marquant la Ligne bleue avaient été sectionnés et qu’un champ de pins situés à plusieurs centaines de mètres à l’intérieur du territoire libanais présentait des traces de l’incident.

Selon la radio publique israélienne, les militaires de Tsahal impliqués appatiennent à une unité d’élite et que des renforts allaient être déployés le long de la Ligne bleue. “Nos soldats nous défendent et défendent nos frontières, c’est ce qui s’est passé cette nuit et nous continuerons à agir avec responsabilité pour défendre les frontières d’Israël”, a déclaré le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, sans donner davantage de précisions. “Nous continuerons à travailler afin d’assurer la protection de notre pays”, a-t-il insisté.

De son côté, le Hezbollah a revendiqué officieusement la responsabilité de cette explosion. “L’ennemi (Israël) a commis une stupidité en violant la frontière avec le Liban et est tombé dans un piège que seule la résistance (le Hezbollah) peut tendre”, a ainsi affirmé le quotidien Al-Akhbar, proche de la milice chiite.

“L’embuscade est un échec dangereux pour l’ennemi car il signifie que le Hezbollah possède une structure de renseignements lui permettant de savoir l’heure d’arrivée de la patrouille et son parcours, et de lui tendre un piège explosif”, a encore ajouté le journal. “Cela veut dire que la résistance est prête à toute éventualité, en cas d’une confrontation à plus grande échelle ou en cas de conflit généralisé”, a-t-il insisté.

Pour rappel, la France compte 900 militaires au sein de la Force Commander Reserve (FCR), laquelle constitue le principal moyen de réaction, de dissuasion et de coercition de la Finul.

OPEX-Zone militaire Article original

NDLR : Le Hezbollah cherche, actuellement, un prétexte, pour reconstituer son image de “groupe de résistance”, alors qu’il s’est gravement compromis aux côtés d’Assad et de l’Iran, dans la reconquête des territoires perdus de Syrie, contre les rebelles. De toute évidence, et malgré les “explications” de l’armée libanaise, de la Finul et les revendications à peine dissimulées d’al Akhbar, le Hezbollah vient chercher la confrontation avec Israël, et a donc, planifié cet attentat contre une patrouille de routine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here