29 Islamistes et 12 Kurdes tués au Nord-Est de la Syrie

0
12

Syrie: plus de 40 morts dans des combats entre jihadistes et Kurdes (ONG)

BEYROUTH, 16 oct 2013 (AFP) – Au moins 41 combattants ont péri au cours des dernières heures dans des affrontements entre Kurdes d’une part et jihadistes et rebelles islamistes d’autre part dans la province de Hassaka (nord-est), rapporte mercredi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les affrontements ont opposé notamment les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et le Front Al-Nosra, deux groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda, aux combattants kurdes dans plusieurs villages de cette province pétrolière.

Depuis plusieurs mois, les Comités de protection du peuple (YPJ, principale
milice kurde en Syrie) défendent leur territoire –d’où s’est retirée
l’armée– face aux groupes radicaux qui tentent de grignoter leur terrain,
selon l’OSDH.

Dans un conflit de plus en plus complexe, les groupes jihadistes combattent
à la fois le régime syrien, les autres rebelles dits modérés et les Kurdes
afin de contrôler les régions échappant à l’Etat et y imposer leur
interprétation extrême de l’islam.

Au cours de la journée de mardi, au moins 29 combattants de l’EIIL,
d’Al-Nosra et de groupes islamistes ont été tués et 12 ont péri du côté kurde,
selon l’OSDH qui dispose d’un large réseau de militants, de sources médicales
et militaires à travers le pays.

Les corps des combattants des groupes radicaux et islamistes « se trouvent
chez les Kurdes », précise l’ONG.

AFP

——

Les Kurdes résistent et ne reculent pas.

Alors que les « rebelles » soutenus par l’Occident ont préféré fuir ou s’aligner sur Al-Qaïda, les combattants kurdes restent et ne reculent sur aucun front. Depuis mi-aout, plus de 900 membres d’Al-Qaïda et leurs alliés ont été tués, dont parmi eux, le commandant général de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). La résistance des combattants kurdes a également encouragé les civils à retourner chez eux. Des milliers de Kurdes réfugiés en Turquie et au Kurdistan irakien ont regagné leur terre.

Ces dernières semaines, les affrontements se sont intensifiés sur les frontières du Kurdistan syrien avec les villes d’Azzaz et Idlib. Le 2 octobre, les groupes d’Al-Qaïda ont pris la ville d’Azzaz après des affrontements avec une brigade de l’armée syrienne libre (ASL), soit la « tempête du nord »( Assef al-Shamal). Les combattants de cette brigade ont reculé dans le village kurde de « Qastal Jindo », dans la région d’Afrin, sous contrôle des Unités de défense du peuple kurde (YPG). Selon des sources proches de l’YPG, les groupes d’Al-Qaïda ont subi de lourdes pertes face aux combattants kurdes dans des combats qui ont eu lieu aux environs de Qastal Jindo. Plus de 150 morts ont été recensés dans les rangs d’Al-Qaïda.

Les forces kurdes ont également mené un assaut dans la nuit de samedi à dimanche 6 octobre contre l’EIIL dans le village de Maarin, dans la région d’Azzaz. Au moins 19 membres de l’EIIL ont été tués, selon des sources locales. En outre, trois véhicules appartenant aux jihadistes ont été détruits, affirment les mêmes sources. Le 5 octobre, 13 autres membres d’Al-Qaïda avaient été tués dans cette zone.

A l’autre bout de la région d’Afrin, de violents combats ont éclaté le 24 septembre quand les « jihadistes » ont attaqué avec des armes lourdes une position des combattants kurde sur une colline entre la ville kurde de Jindires et Atma, ville syrienne dans la région d’Idlib sur la frontière avec la Turquie. Des centaines de membres d’Al-Qaïda ont été tués par des combattants kurdes. Parmi eux, figure le commandant général de l’EIIL, Omar Shishani, son émir Abdulkarim al-Imarati et un autre jihadiste d’origine d’Asie centrale, Abu Maaz. Les voisins jihadistes de la Turquie dans la localité d’Atma, ont tiré des mortiers depuis ce camp sur des villages kurdes.

La Turquie apporte son soutien massif aux jihadistes d’Al-Qaïda qui se cachent derrière la couverture de l’Islam pour commettre des crimes. Finalement, une cessez-le-feu « fragile » a été conclu dans la nuit du 4 au 5 octobre entre les Kurdes et les jihadistes, après la médiation des responsables de l’ASL.

Un porte-parole de l’YPG a déclaré qu’au moins 945 membres des groupes armés ont été tués lors des combats qui ont eu lieu au Kurdistan syrien et à Alep, entre le 16 août et le 5 octobre. 79 combattants kurdes ont en outre perdu la vie au cours de ces 50 jours d’affrontements.

Dans un bilan précédent, l’YPG avait affirme que plus de 800 membres des groupes armés affiliés à Al-Qaïda et de certaines brigades de l’ASL avaient été tués, entre le 16 juillet et le 16 août.

LES REFUGIES KURDES RETOURNENT CHEZ EUX

Par ailleurs, la résistance des combattants de l’YPG qui a éloigné les jihadistes des villes de la région kurde a encouragé les refugiés à regagner leurs maisons. Des dizaines de milliers de Kurdes syriens avaient récemment trouvé refuge au Kurdistan irakien, après les attaques jihadistes visant les villages kurdes sans protection dans la région d’Alep, au cours des mois de juillet et d’août. Selon un responsable kurde (irakien) de la poste-frontière, chaque jours quelque 500 refugiés retournent chez eux.

Des milliers d’autres qui ont fui en Turquie ont également décidé de retourner sur leur terre. Selon l’agence de presse kurde Firat News, le sous-préfet de Kiziltepe, Turan Ermis, a affirmé qu’une centaine de personnes regagne chaque jour leurs maisons.

Lire aussi:

– Révolution féminine au Kurdistan de Syrie Article original

-Syrie : le commandant général d’Al-Qaïda tué par les Kurdes

-De nouvelles localités libérées par les Kurdes

2013-10-06 12:14:58Yazdir

– actukurde.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here